Arrosoirs & sécateurs

... en février 2011

Mardi 1er

Hello, Y’a quelqu’un pour me plaindre ? La petite nature a une voix d’outre-tombe, des frissons et des courbatures dans tout son corps d’athlète… Vous vous en fichez ? Bon d’accord… je vais continuer à souffrir en silence…

Hier, on était de sortie dans la grande ville et on en a profité pour rapporter les 18 Brass’compost de la commande groupée. J’ai donc fait mes premiers essais. Ca a l’air pas mal du tout. A voir à l’usage…

Si vous voulez en savoir un peu plus sur la « bête » : http://esat-apf-quimper.org/brasserlecompost.html


Un petit tour dans 3 jardineries et bien sûr difficile de ne pas résister à des petites Viola cornuta, une primevère double bleu clair et des Cyclamen coum !!!




Les trois godets de Cyclamen coum sont plantés près de la fontaine entre des plants d’hellébores. Les floraisons simultanées devraient donner un ensemble intéressant. On est envahis de Cylamen de Naples (hederifolium) (tant mieux !) mais ces petits coum sont vraiment adorables d’autant plus qu’ils fleurissent à une période intéressante.
On a acheté 4 barquettes de petites Viola (en tout il doit y an avoir environ 25). Je commence à en planter mais je n’ai aucun courage, aucune inspiration… et j’abandonne pour rentrer au chaud !


Bon, y’a toujours personne pour me plaindre ? Dommage !

Mercredi 2

Les Viola sont toutes plantées. Quel casse-tête pour trouver les bons endroits ! On a racheté un nouveau pot bleu. Je pensais y mettre l’hosta déjà replantée il y a 2 ou 3 jours. En fait, çà attendra : pour le moment j’y mets 3 Violas bleues. Elles seront mises dans le jardin après la floraison.

JPEG - 9.2 ko
Plus la fleur est petite... plus j’aime.



JPEG - 19.7 ko
potée de Violas cornuta




Plantation d’une Primula acaulis double d’un joli bleu.

JPEG - 20.7 ko
Primula acaulis.


Semis de moutarde blanche. Ce sont des graines à germer. On mange les pousses au bout d’une bonne semaine pour accompagner la salade. Le bac à germer est dans la serre.
Et je capitule car je tiens à ma peau… instinct de survie ! (ne rigolez pas s’il vous plait !)

Jeudi 3

Malgré mon état de décomposition avancée, n’écoutant que mon courage bien connu (surtout de moi), je fais un tour dehors, attiré par un soleil engageant… avec l’appareil photo pour mitrailler quelques bulbes en fleurs largement épanouies plein Sud devant la maison. Et c’est ainsi que je me suis retrouvé en train de nettoyer ce coin de jardin. Un beau soleil, pas de vent et même un peu de chaleur… un régal ! Pas mécontent de ma journée que j’avais prévu de passer dans la maison.

Vendredi 4

Ce n’est vraiment pas le courage qui m’étouffe. Il faut dire que le temps n’est pas celui d’hier et n’oubliez pas que je suis convalescent !
Je fais donc un petit effort pour sortir entre deux séances de fabrication de bougies.
Quelle bande de goinfres ! Je parle des oiseaux. La société de consommation, ils connaissent : margarine, tournesol, boules de graisse. Un cinq étoiles, le jardin. Le restaurant est sous le bouleau à l’arrière de la maison devant la fenêtre de la cuisine (comme par hasard !). Aux alentours c’est un massif d’une trentaine de plants d’hellébores. Bien sûr les feuilles sont un peu décorées (?), ce qui n’est pas trop grave car petit à petit je les supprime. Mais il y a un autre problème quand Rosalie (la vieille poule) est lâchée, elle fonce sous les mangeoires pour déguster les graines de tournesol qui sont tombées. Elle a donc tendance à mettre un peu (?) le bazar. D’ailleurs elle ferait bien de picorer plus de graines, cela éviterait la levée de semis qui a lieu en ce moment. C’est tout de même un comble. Je ne suis pas un expert en semis (j’en rate un sur deux… et là je me surestime !) mais celui qui réussit tous les ans c’est celui de tournesol !
Bref, j’ai remis tout çà en état pour que les hellébores fleurissent dans un environnement esthétique… un minimum s’impose.

Samedi 5

En fait, le plus difficile c’est de sortir ! Une fois dehors, on s’active et ça passe…
Et cet après-midi je me suis activé sur la clématite ‘Huldine’. De 3 ou 4 m elle est passée à moins d’ 1 m. Elle recouvre les pommiers en espalier car, il faut le savoir, ici, les arbres fruitiers sont en fait des tuteurs à clématites. Il y a des jardins où les pommiers donnent des pommes, les poirier des poires. Si, si, c’est ce qu’on m’a dit car ici ils donnent la même chose : des fleurs de clématites ! Et ce n’est pas dû à un quelconque dérèglement climatique ou à des trucs d’OGM de je ne sais trop quoi, non, çà se fait très naturellement…
Evidemment, mettre au compost le tas de branches coupées eût été criminel. Je me suis dit que je me devais de faire des boutures ! D’autant plus que j’ai l’impression qu’elle se bouture facilement, ce qui loin d’être le cas des hybrides à grandes fleurs. Il y aura donc 4 potées de plus dans la serre et peut-être un jour 4 jardinier(e)s content(e)s…
Nettoyage de l’allée d’helxine : elle n’a pas trop souffert du gel, même pas du tout, ce qui est étonnant. Décidément la nature me réserve encore des surprises.

Dimanche 6

Nettoyage des plates-bandes d’hellébores. Coupe des grandes feuilles et binage entre les plants. En fait je me contente d’aérer un peu la terre car il n’y a pas de mauvaises herbes.
En février 2005 on était allés près de Lille chez Thierry Delabroye chercher des hellébores. On était partis avec la remorque et le coffre de toit car j’avais organisé une commande groupée. Le retour s’est fait avec des hellébores en fleurs dans la remorque et plein la voiture ! Y’a pire comme environnement ! Tout çà pour vous dire, non seulement que Lille est une ville superbe, mais aussi que l’on a fait quelques achats pour nous aussi bien sûr. Et notamment une variété superbe dénommée ‘Bourgogne’. Petit problème : elle ne se plait pas là où elle est plantée car elle n’apprécie pas la proximité d’un Choisya ternata qui la recouvre à moitié et dont les racines lui pompent l’eau. Cela fait 6 ans qu’elle végète et je dois toujours la déplacer. J’y pense et puis j’oublie… Ce matin, je me suis enfin décidé. Et je vais la surveiller !
Quoi ? Transplanter un pied d’hellébore en ce moment ? Ben oui… sans problème !

Lundi 7

Taille d’un Choisya ternata et installation d’une barrière avec des cannes de bambou pour tenir un Fargesia rufa (bambou) au port trop retombant. Le but est simple : dégager l’allée d’helxine. Il ne restera qu’à tailler les pommiers en espalier. Mais ce sera pour un peu plus tard.

Mardi 8

Sous une rangée de pommiers en espalier il y a sur 2,50 mètres une plate-bande étroite en bordure de pelouse. Je n’ai jamais bien réussi à l’aménager. Elle était envahie par des hémérocalles . J’en avais enlevé une bonne partie. Aujourd’hui, j’ai tout enlevé. J’avais planté il y a un an un Fuschia ‘Versicolor’ au port retombant que j’aime beaucoup. Il est tellement retombant qu’il s’écroule sur la pelouse car j’ai eu l’idée saugrenue de le planter à l’endroit le plus étroit. Il est donc déplacé d’environ 2 m mais à l’endroit le plus large.
Je continue à nettoyer des petits bouts, principalement aux endroits fleuris : perce-neige, crocus, hellébores… les narcisses vont bientôt arriver.

Mercredi 9

Je n’ai pas fait grand-chose aujourd’hui mais pour en faire peu, cela a pris beaucoup de temps.
Je me suis amusé à mettre en godets des petits plants d’hellébores provenant de semis de l’an dernier. Ils sont déjà beaux . Que donneront-ils ? Aucune idée car ce sont les mystères de la nature et surtout des hybridations aléatoires. Ayant eu plusieurs visites aujourd’hui, j’ai pu faire le tour du jardin et plus précisément regarder d’un peu plus près les massifs d’hellébores. Ce qui permet de faire des découvertes et notamment de nouveaux plants qui n’avaient jamais fleuri. Et pour cause : ce sont des semis spontanés. Certains ont poussé n’importe où, par exemple en bordure de plate-bande à moins de 10 cm de la pelouse. Bien sûr, en ce moment il y a des centaines de petits plants issus de semis spontanés d’il y a un an. Entre parenthèses, je n’interviens pas du tout. Les graines tombent toutes seules.
En décembre 2009, un Viburnum x bodnantense ‘Dawn’ avait été planté sous un Ginkgo biloba - par manque de place mais l’endroit n’était pas idéal. Comme une place s’est libérée, il a été transplanté. Reste à savoir ce qui va être mis sous le Gingko …

JPEG - 20.8 ko
Petits plants deviendront grands...


Samedi 12

3 jours d’absence et le jardin a un peu changé. Le Camellia ‘Cinnamon Cindy’ se décide à fleurir (les années précédentes les premières fleurs apparaissaient pour le nouvel an… mais en décembre ce n’était pas la canicule !). Il y a de plus en plus de plants d’hellébores en fleurs et les tapis de perce-neige sont de plus en plus importants années après années.
On revient avec quelques plantes… mais vous en saurez plus demain. Quelle impatience !
Je n’ai pas le temps de planter mais simplement de faire des boutures d’un Pittosporum tenuifolium ‘Golf Ball’. Comme son nom l’indique, il fait des boules comme des buis. Il y en a un ici, mais dans un jardin que l’on connaît bien situé dans la banlieue rennaise, il y en a 8 et ce matin j’ai prélevé une vingtaine de petits rameaux.
J’ai failli oublier de vous dire que, grâce à un chèque-cadeau reçu il y a une semaine, j’ai pu me payer un sécateur Felco (la « Rolls des sécateurs »).
Autant vous dire que maintenant, avec mon Felco dans ma pochette en cuir à la ceinture, « je vais me la péter grave ».

Dimanche 13


Les plantations, ce sera pour demain !
Ce matin, on m’a donné un rameau de Jean-Paul II. Non, ce n’est pas Pâques !!! c’est un rameau d’une clématite Jean-Paul II. J’essaie de la bouturer car il n’y a pas dans le jardin cette variété que je ne trouve pas exceptionnelle... mais bon.
Pour passer le temps, fabrication de quelques bougies mais... panne de gaz !

Lundi 14

Journée plantations…
- Un Muehlenbeckia dans une jardinière au Nord à une fenêtre de l’étage. Dans 2 jardinières les Asparagus n’ont pas aimé le gel de décembre. Je vais en remettre un ou deux et compléter par des Muehlenbeckia, une plante que l’on adore et qui se plait en pot.
- un Dianthus caryophyllus (un œillet à petites fleurs blanches). Je ne suis pas fan de la fleur mais le parfum de l’œillet !!!
- une Primula ‘Easter Bonnet’ (une petite primevère double au coloris lilas tendance parme tout en penchant sur le mauve ! bref, cocotte quoi !)
- deux rosiers :

  • ‘Yves Piaget’ (belle grosse fleur aux pétales ondulés et qui a un parfum à tomber !). C’est un rosier acheté en 2000 qui était superbe mais qu’il a fallu déplacer quand une arche en fer forgé a été construite au centre du jardin. Il n’a pas du tout aimé et il y a 2 ans, je crois, je l’ai arraché. 6 mois plus tard, une pousse est sortie de terre (l’instinct de survie ?). Grand sentimental ( ?), je l’ai gracié et il s’est retrouvé dans un pot dans la serre ou il a fait une fleur ! Il a donc retrouvé le jardin hier à un autre endroit. Ce n’est pas le premier rosier que je sauve d’une mort certaine. Mon grand cœur me joue parfois des tours !
  • ‘Sylvain’. Non, ce n’est pas son vrai nom. D’ailleurs, je ne le connaîtrai jamais car il a été baptisé par la personne qui me l’a donné. C’est un couvre-sol que je n’ai jamais vu, sauf en photo.
    - une clématite ‘Y.F Young’ (bon çà va, c’est pas la peine de rigoler !). Arrivé à la maison, je me suis aperçu qu’on l’avait déjà. Et alors ? Elle est d’un joli bleu ciel (bleu intense dans les bouquins !) avec des étamines blanc-crème. Bref, elle est jolie et le prix était intéressant, Comme elle n’est pas trop envahissante, elle a été plantée au pied d’un Hydrangea. En cherchant une place, je me suis aperçu qu’il y avait encore des endroits pour en mettre d’autres !!! (arrêtez de rigoler !).
    - un pied de rhubarbe. Cela fait 2 ans que l’ancien donne des signes de fatigue. Epuisé ? Peut-être mais pourtant le fumier de cheval n’a pas manqué à cet endroit. Bizarre.

    Mardi 15


    Pluie… soleil… pluie… soleil… Il suffit de faire un tour dehors au soleil entre deux averses !
    Bilan : peu de temps dans le jardin mais juste de quoi re-nettoyer entre les hellébores et commencer à s’occuper des graminées. Simplement de quelques pieds de Stipa arundinacea. Elle est persistante mais une partie du feuillage est jaune. Je pense qu’elle n’aime pas du tout être rasée donc, comme pour toutes les graminées persistantes, je me contente de les peigner avec la brosse pour chiens. C’est efficace mais çà prend du temps, d’autant qu’avec mon petit sécateur tout beau tout neuf, il faut finir de couper les tiges jaunes sui restent.

    Mercredi 16

    Pas trop de temps pour jardiner (et en plus il fait froid !) donc je me contente de continuer à peigner les Stipa arundinacea. En fait, pour être franc, j’ai joué ma feignasse !

    Jeudi 17

    Et aujourd’hui, pas trop de temps pour jardiner donc je finis de peigner les Stipa arundinacea et je rase un Miscanthus.
    La Stipa est persistante c’est-à-dire qu’une partie du feuillage jaunit mais il reste du feuillage vert-bronze, ce qui explique que j’enlève ce qui est jaune. Raser des graminées persistantes m’a valu des déboires.

    JPEG - 30.9 ko
    La Stipa avant


JPEG - 26.5 ko

Quant au Miscanthus, son feuillage est caduc, c’est-à-dire que ses tiges sont toutes sèches. Il faut alors tout raser au ras du sol.

JPEG - 22.6 ko
Le Miscanthus avant
JPEG - 20.2 ko
Le Miscanthus après

Broyage des tailles des graminées. Le broyat est mis au pied de quelques arbustes.

JPEG - 28.4 ko
le broyat à étendre au pied des arbustes

J’ai l’occasion de faire un tour de jardin en bonne compagnie ( !), ce qui me permet de regarder de plus près les hellébores et d’en découvrir quelques-unes superbes que je n’avais pas encore vues (je n’arrive pas à écrire hellébore au masculin !). Mais je m’aperçois aussi que quelques arbustes (notamment des camellia) ont de la fumagine. Grrrr…

Vendredi 18

Nettoyage d’un bout de plate-bande envahie par des boutons d’or. Je sais bien que les mauvaises herbes n’existent plus (c’est très tendance !), que la fleur de bouton d’or est sympathique, mais une invasion à cet endroit, non merci ! Ni à d’autres d’ailleurs !
Un deuxième Miscanthus passe dans le broyeur. J’aurais pu le laisser encore un moment mais il a été rasé pour 2 raisons :
- il commence à perdre ses feuilles sèches et il y en a un peu partout, notamment sur la pelouse.
- si on le rase trop tard, on risque de couper les nouvelles feuilles vertes qui commencent à sortir.
J’enlève des petits plants d’hellébores (deux sont fleuris) pour la tombola demain matin. 4 lots… 4 gagnants… et j’espère pas trop de frustrés !

Samedi 19

JPEG - 20.8 ko
Tôt ce matin...
un peu de brume dans le jardin...




Il faut bien continuer à vider le 2ème trou du compost mais le fond est un peu compact : une bonne occasion d’utiliser le Brass’compost pour aérer. Je finirai de vider la semaine prochaine.

Nettoyage d’une plate-bande au Nord derrière la maison. Il s’agissait surtout d’aérer la terre en griffant et d’enlever toutes les petites brindilles qui tombent des bouleaux.

Dimanche 20

Ce n’est pas le printemps, certes, mais les températures se sont bien radoucies. C’est l’occasion de faire du vide dans la serre. Les plantes les plus rustiques et les boutures bien enracinées sont donc sorties de la serre et placées sur une plate-bande du potager. Elles pourront s’endurcir car dans la serre elles risquaient maintenant de trop pousser et même s’étioler. Il s’agit de clématites (des plants récupérés dans le jardin et mis en convalescence ou des boutures enracinées), de Daphne odorata, de Senecio vira-vira, de Verbena bonariensis etc.



Nettoyage d’un petit coin de plate-bande.
Un rideau de bambou cache l’enclos de la vieille Rosalie (non, ce n’est pas mon arrière grand-mère, mais la poule !). Problème : les bambous (qui ne peuvent pas cavaler car ils sont emprisonnés dans une fosse bétonnée sur le pourtour) ont tendance à se pencher et gêner le passage dans l’allée allant au compost. Je bricole un tuteurage pour qu’ils se tiennent plus droits.

Lundi 21

Pas grave... (je fais quelques bougies et je glandouille bien au chaud).
Mais je ne veux pas de pluie demain : il y aura 40 Morbihannais dans le Finistère dans une pépinière près de Quimper et dans un jardin d’hellébores un peu plus au Nord.
Comme pour photographier des hellébores il faut être à plat-ventre, j’ai prévu le ciré (jaune fluo !) de marin pour éviter de rentrer en trop mauvais état...
PS : j’ai le ciré, mais pour le pied marin, ce sera dans une autre vie ! C’est pour la frime et faire couleur locale !!!

Mardi 22

Balade : 40 Morbihannais sur les routes du Finistère… Au programme : visite (et achats !) dans une pépinière près de Quimper et surtout visite pour la 4ème ou 5ème fois du jardin d’hellébores de Marie-Thérèse.
C’est sûr que lorsqu’on vient pour la première fois, ça fait un choc. Mais, même si j’en suis à la Xème fois, on est toujours bluffé… Des milliers de plants en fleurs… Il doit bien y en avoir le double par rapport à la dernière visite car Marie-Thérèse les multiplie. C’est la reine de l’hybridation… plus efficace qu’une petite abeille ! Bien sûr, j’ai passé l’après-midi à plat-ventre (j’étais habillé pour !) mais quel régal !
Je reviens avec plus de 200 photos... tout de même.

JPEG - 10.4 ko
Il arrive parfois que le photographe est tellement passionné...
qu’il fait corps avec son sujet ! On arrive même parfois à les confondre.



Des deux visites on revient avec 5 plants d’hellébores, 2 clématites et 2 arbustes !
On annonçait une journée pourrie… de la pluie toute la journée…
En fait, j’ai découvert hier que j’ai des dons cachés. C’est mon côté Harry Potter ou Merlin l’enchanteur… En tout cas, j’ai réussi à faire cesser la pluie quand on est arrivés dans le jardin ! Pas beau çà ? Seul truc que je n’ai pas réussi : faire sécher l’herbe assez vite pour éviter de me vautrer sur la pelouse détrempée…

Mercredi 23

Plantation
- d’un Elegia capensis. Un Elegia avait été planté en mai 2010 mais il est probablement mort à cause du gel de décembre. Il faut dire que je l’avais déplacé en fin d’été car il ne se plaisait pas à son premier emplacement (trop sec). Bref, trop sec, trop froid… c’est raté mais c’est un arbuste vraiment superbe et hier il y en avant un à la pépinière pour un prix plus qu’acceptable. Pourquoi résister ?
- des 4 pieds d’hellébores sous le cerisier. S’y ajoute un plant que je viens de déterrer car mal placé (c’est un semis spontané et la fleur est très belle).

JPEG - 31.3 ko
Les hellébores sous le cerisier


3 d’entre elles...





L’après-midi, je file chercher à une quarantaine de kilomètres des sacs de cosse de sarrazin (3 euros le sac de 30 kg… au lieu de 7 !). J’en ramène 11 mais seulement 4 sont pour nous. Cette virée m’aura permis de découvrir la Bretagne profonde. Superbe la campagne ! (Faut dire que le moulin est retiré de toute civilisation)

Jeudi 24

Pendant une dizaine de jours, il me faudra jardiner en pointillés pour cause de… baby-sitting !
J’arrive à m’évader un peu pour planter un Clethra alnifolia et une clématite integrifolia ‘Alba’. Impossible de résister à cette clématite herbacée, et blanche de surcroît. 1 m de haut... à considérer comme une vivace type Rudbeckia ou Anchusa.
Les perce-neige, on adore… L’Ophiopogon planiscus ‘Nigrescens’, on adore… Alors, les deux ensemble ! Je récupère une grosse touffe de perce-neige que je divise en 4 et je plante les éclats dans une potée d’Ophiopogon. On verra dans un an…
A propos de perce-neige, je vous rappelle, car j’ai dû déjà le dire, que la multiplication se fait juste après la fin de la floraison (surtout ne pas couper le feuillage !). Le problème avec ce bulbe, c’est que lorsqu’on l’achète dans les jardineries (des sachets de bulbes à l’automne), les ¾ du temps les bulbes sont desséchés et ne donnent rien.

Vendredi 25

Un petit moment (très petit moment…) pour planter une nouvelle clématite : ‘Jan Fopma’. Je crois vous l’avoir déjà montrée, mais je sais plus où ! Donc je vous la remontre car je l’ai découverte dans un jardin d’une amie au printemps dernier. Et bien entendu cette amie n’a pas oublié de me montrer qu’elle était en vente à la pépinière mardi dernier. Comment pouvait-on résister ?

JPEG - 14.6 ko
’Jan Fopma’
chez la copine... et bientôt ici...


Samedi 26

Remise en état d’une plate-bande : il suffisait de griffer… çà change tout !
Hier, une autre copine (pas de commentaires SVP), nous a apporté un plant d’hémérocalle ‘Citrina’. On n’est pas fans des hémérocalles mais ‘Citrina’ et ‘Corky’… on aime. Il est donc planté près de 2 plants de bourrache récupérés ailleurs car, comme d’habitude, issus de semis spontanés donc poussant n’importe où.
Bonne nouvelle : le compost est vidé. Il était temps car les déchets étaient entassés dans des grands sacs.
Mauvaise nouvelle : il va falloir reprendre les tontes de gazon. En ce moment il pousse.

Dimanche 27

Je vous ai dit que la fontaine perd de l’eau et en quantité non négligeable. J’ai donc démonté l’arrière pour arriver au niveau du déversoir (raccord du tuyau avec le bambou). Petit problème : je ne trouve pas la fuite !!!


Ma jeune jardinière-adjointe sème des radis. J’ai bien regardé sa technique car après ses réussites de l’an dernier, j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt son cours de jardinage !
Taille des framboisiers, des 2 groseilliers et du cassissier. Pour les framboisiers, il suffit de couper au ras du sol les tiges sèches. Pour les groseilliers et le cassissier, je coupe au ras du sol les vieilles branches et quelques branches pour aérer le centre.
Un petit bambou (Pleioblastus shibuyanus ‘Tsuboï’) avait été replanté il y a 2 ou 3 ans en bordure de terrain, le long du potager. L’an dernier il a fleuri (je pense) et il dépérit . Bref, comme il a toujours été décevant, il est supprimé. Quoi mettre à la place ? Aucune idée… mais il faudrait un petit arbuste de moins de 1,50 m, au port érigé (1 m d’envergure maximum), caduc et je passe sur les détails habituels : belle et longue floraison, joli feuillage, belle écorce, rustique, ne demandant pas d’entretien, pas sensible aux maladies etc. Bref, la perle rare qui n’existe pas encore mais que tout le monde veut !!! Je blague…

Lundi 28

Mac Gyver (it’s me) is back… (pour les ignares en anglais : Mac Gyver (c’est moi) est de retour) :
- J’ai trouvé la fuite de la fontaine ! Demain je mettrai du silicone mais aujourd’hui je me contente de bien nettoyer et sécher le raccord douteux.
- Je remets une bande de papier à bulles pour réparer le panneau « cramé » du plafond de la serre.
Et c’est tout… faute de temps (babby-sitting oblige).

Retour
février 2010
février 2009
février 2008
février 2007

... en février 2011

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic