Arrosoirs & sécateurs

... en mai 2011

Dimanche 1er


Cette année, je suis obligé de puiser dans mes vieilles photos de muguet car celui du jardin est complètement fané depuis déjà un bon moment.
C’est pourquoi, je vais innover et vous offrir plutôt une rose car beaucoup, de rosiers sont déjà en fleurs... avec presque un mois d’avance. Alors pourquoi ne pas fêter le 1er mai avec des roses et accrocher dans le dos un brin de muguet au lieu d’un poisson le 1er avril ?

JPEG - 16.9 ko
’Mme Isaac Péreire’
porte-bonheur

Lundi 2

L’Elegia capensis est un arbuste original et magnifique. Un graphisme étonnant. J’adore… mais lui ne m’aime pas, c’est sûr. 2 tentatives… 2 échecs. Le dernier, planté cet hiver, a été remplacé par un Dodonea viscosa ‘Purpurea’. Il aime le bord de mer, ça tombe bien (et les vents d’Ouest, il en aura et en provenance directe de l’océan à 2 km). Il n’aime pas trop les froids intenses, ça c’est moins bien, mais tentons le coup.
Hier, dans la jardinerie, j’entends « Ah, des Cobées » et moi dans ma tête, je me dis « Zut, elle a vu ! ». Non pas que je n’aime pas (au contraire) mais je n’arrive pas à les faire fleurir. Sauf l’an dernier… Et donc, nouvelle tentative mais cette fois on essaie avec un plant et non à partir de semis. Ce que femme veut…
A ce propos, j’ai lu sur l’étiquette : « floraison d’avril aux gelées » ! Puisque je vous le dis… Pour ceux qui connaissent un peu cette plante grimpante, c’est à pisser de rire ou bête à pleurer…
Il y a quelques années, il y avait des touffes énormes de Brodiae. De plus en plus tous les ans. Et puis brusquement, plus rien. Incompréhensible… J’en ai donc replanté aujourd’hui. Cela aurait dû être fait plus tôt mais… on verra bien. Ils sont en plein soleil, devant la maison entre les plants de Salvia patens.


Nettoyage d’un petit coin où j’ai supprimé une grosse touffe de narcisses qui gênait (elle poussait entre les pavés d’une allée). Les bulbes sont replantés immédiatement dans une plate-bande.
Suppression également des centaines de plants d’Allium triquetrum. C’est joli en fleurs mais c’est une peste. Vous pouvez en donner, mais seulement à vos ennemis intimes car si vous en donnez à vos amis, vous ferez le vide autour de vous !

Mardi 3

9ème tonte du gazon
Il a plu, mais juste de quoi faire sortir les mauvaises herbes et coucher quelques Iris et ancolies.
Bof...

Mercredi 4

2ème visite guidée des dunes (à quelques kilomètres d’ici) avec pour thème : la flore et accessoirement la faune (revoir les premières photos du 23 avril)

JPEG - 12.9 ko
Anacampsis morio


JPEG - 19.3 ko
Dactylorhysa


JPEG - 21.2 ko
Orobranche


JPEG - 21.9 ko
Géranium sanguineum et Rose pimprenelle.

On y rencontre même des petites bêtes.

JPEG - 38.1 ko
Couleuvre à collier


JPEG - 24.8 ko


Si vous voulez en savoir plus, faites un tour sur le site www.site-gavres-quiberon.fr. Et cet été entre deux séances de bronzette, vous pourrez vous enrichir avec quelques balades découverte nature.
C’est tout près d’une plage de naturistes, mais ici, le maillot de bain est conseillé très fortement !!!

Jeudi 5

Baby-sitting toute la semaine, mais entre 2 dinettes sur la pelouse ou des vidéos de Tchoupi, il reste un peu de temps pour jardiner en pointillé.
Le 2ème trou du compost est pratiquement vidé. Une remarque : une partie est peu décomposée (surtout les tailles de graminées). C’est de ma faute car avec le temps sec d’avril, le compost n’était pas assez humide. Il aurait fallu l’arroser de temps en temps. Chaleur + humidité = bonne décomposition. Les 6 ou 7 brouettes de compost sont étalées autour du Syringa persica ‘Laciniata’ taillé sévèrement il y a quelques jours. Il se porte à ravir…


En ce moment, le jardin est un champ d’ancolies ! Il y en a partout... un peu trop. Tuteurage de certains pieds qui ont tendance à se coucher (la pluie de samedi dernier). Et je m’amuse (s’amuser n’est certainement pas le bon mot !) à couper les gousses de graines. D’une part parce que ça gâche un peu la floraison. Mais d’autre part parce que c’est inutile et qu’en plus, il y a assez de plants dans le jardin. Et une gousse mûre qui s’ouvre, c’est une bonne trentaine (au moins) de petits plants l’an prochain ! Pas sûr d’aller jusqu’au bout car j’ai déjà passé une heure et je suis loin du compte ! D’autant plus qu’il y en aura autant dans 2 jours...

JPEG - 12.7 ko
avant


JPEG - 11.9 ko
après

La glycine blanche en arbre est en fin de floraison (du blanc, on est passé au blanc rouillé à moitié jaune sale !). Bref, je commence à couper les grappes de fleurs, d’autant plus que dessous il y a un rosier arbuste ‘Sourire d’Orchidée’ qui crie « de l’air, j’étouffe ». Il faudrait que ce soit terminé demain. Si les petites gonzesses nous laissent un peu de temps (problème : je fais ma sieste réparatrice en même temps qu’elles !)

Vendredi 6

Le compost est vidé... la glycine est nettoyée... et ’Sourire d’Orchidée’ retrouve le sourire et la joie de fleurir.

Dimanche 8

La pluie enfin mais avec la pluie on a toujours le vent comme bonus. Bilan : les Iris ont un petit air penché. Il me faut une bonne heure pour les redresser discrètement. Il y en a dans toutes les plates-bandes ensoleillées.

JPEG - 16.4 ko
Une autre façon de décorer la pelouse
JPEG - 19.5 ko
encore faut-il tuteurer dans la discrétion
quand on achète une clématite, on a 3 bambous. A garder précieusement.


L’ancolie est une fleur superbe mais des tonnes d’ancolie, ça fatigue un peu. Je rase les plants où il y a trop de fleurs fanées (en fait des gousses de graines). De l’air…

JPEG - 25.6 ko
des gousses et des fleurs...
direction compost !

Lundi 9

Et je continue à couper les fleurs fanées (surtout les touffes d’ancolies) ! J’alimente le compost !!! En ce moment le jardin déborde de floraisons. Trop, c’est trop… Bref, le jardin ne me plait pas d’autant plus qu’avec la pluie de ces jours-ci, les mauvaises herbes sortent de partout…
Et en plus, « La Glu » essaie de croquer quelques bébés mésanges. Donc création d’une barrière anti-La Glu (que je vais faire breveter comme le peigne à graminées ou la fourchette à boutures !). Un tasseau, une petite planche, un grillage assez rigide et le tour est joué… normalement !
(la chatte ne peut pas passer par l’arrière car le bouleau penche de ce côté)

Mardi 10

10ème tonte du gazon
Réapprovisionnement du compost en fleurs fanées !

Mercredi 11

Attention : sécateur, cisaille, coupe-branche, scie… sont de sortie. Ca va « déménager » !
- Taille à 30 cm d’une Spirée x Van Houttei en fin de floraison. Elle mesurait 1,50 m. C’est comme ça, y’a pas à discuter.
- Taille (un peu particulière) d’un Kolkwitzia amabilis. Seules sont gardées les longues tiges verticales. Le but est de dégager le pied pour donner de l’espace et mettre en valeur son écorce assez originale. J’ai retenu cette idée en visitant un jardin près d’Angers (il y a d’ailleurs la photo).

JPEG - 102.7 ko
C’était il y a 15 jours.


JPEG - 78.8 ko
et maintenant...

Jeudi12

Broyage des tailles de la Spirée et du Kolkwitzia.
Le rosier arbuste ‘Felicia’ a été peu taillé et donc son volume est plus important que les autres années. Il commence sa floraison, mais il croule sous le poids de ses branches et s’avachit sur la plante-bande. Avec un câble le reliant à l’un des troncs du Prunus padus ‘Colorata’, il est redressé. Il va falloir le tailler sévèrement après sa première floraison.
2 « laitues d’eau » : une pour les tonneaux et une pour la fontaine. Comme le bassin de la fontaine est petit et que je ne veux pas que l’eau tombe sur la plante, elle est mise à flotter au- dessus d’un pot en terre immergé. Mais où je vais chercher de telles astuces ? Par moment, je m’impressionne moi-même !

JPEG - 74.1 ko
La laitue d’eau dans le bassin.

Vendredi 13

La saison des visites de jardins commence demain. 15 jardins d’ici fin juin, de bons moments de convivialité... et sans doute quelques bonnes idées à piquer ! Bientôt sur le site...
En attendant, ce matin j’ai coupé dans le pseudo-potager-fruitier des touffes d’ancolies !
Pulvérisation d’un fongicide sur les deux Rhamnus alaterne ’Variegata’. L’un se porte bien mais l’autre se remplume car j’ai bien cru cet hiver que c’était fichu. C’est un persistant qui s’est retrouvé à poil (je dis bien complètement à poil c’est-à-dire sans le minimum). J’avais noté des taches foliaires donc, en prévision, je pulvérise du Dithane.
La pulvérisation me permet d’étrenner mon nouveau pulvérisateur (Berthoud). Le seul avantage de prendre une année de plus !!! (Oui, je suis taureau et en ce moment ... ascendant Pitt-Bull !!!)

Dimanche 15

Visite hier de 2 jardins avec un groupe de 25 personnes. J’avais déjà organisé la même balade en Ille-et-Vilaine et Mayenne il y a plus de 12 ans. Une superbe journée dans la joie et la bonne humeur, mais aussi dans une convivialité réconfortante et qui donne la « pêche ». Dans chaque jardin, il y a une pépinière et on revient donc avec 2 Iris de Sibérie (un bleu marine et un violine), un géranium ‘Orion’ (un excellent géranium bleu soutenu très florifère) et un Aruncus dioicus (connu aussi sous le nom de « Barbe de bouc »).





JPEG - 40.3 ko
Geranium ’Orion’


Avant de planter il faut faire un peu de nettoyage et notamment enlever des touffes d’Iris germanica qui ne fleurissent pas. Pourquoi ? Peu importe. Du ménage ne fait pas de mal. Bref, je passe plus de temps à nettoyer qu’à planter.
L’Iris sibirica bleu et le Geranium ‘Orion’ sont plantés devant un petit bambou jaune : Pleioblastus auricoma.

JPEG - 81.6 ko
Pleioblastus auricoma, Iris sibirica et G. ’Orion’


Il y a des pelouses où poussent de la mousse, des champignons et même des taupinières. Ici ce sont des cerises à moitié mûres ! Je pense que là-haut il doit y avoir quelques merles qui se préparent des problèmes intestinaux. Bien fait.

Lundi 16

En ce moment je suis complètement débordé, ce qui a le don de m’énerver, si bien que je passe trop peu de temps au jardin. On pourrait penser que les plantes, un peu compatissantes, arrêteraient de pousser (surtout les mauvaises herbes… pardon, les plantes accompagnatrices !), les fleurs arrêteraient de faner. Même pas ! La nature est contre moi, c’est sûr…
Et tout particulièrement le houblon doré qui doit me haïr, alors que je l’adore ! Il y a une dizaine d’années, je lui ai fait un grand trépied en bois de châtaigner pour qu’il puisse grimper pour obtenir une belle colonne jaune au milieu des arbustes. C’est ce qui a été le cas les deux premières années. Aujourd’hui, il part à l’assaut des troncs du Prunus padus ‘Colorata’ taillé l’automne dernier par transparence ! Ce qui n’est pas laid d’ailleurs.


Evidemment, toutes les tiges en surnombre sont supprimées ainsi que toutes celles qui s’égarent un peu partout dans la plate-bande. « Qui qu’est l’patron ici » ? J’essaie de récupérer des racines intéressantes pour mettre en pot : une copine m’a chuchoté dans le creux de l’oreille qu’elle aime bien le houblon doré… Chut, elle aura la surprise… Problème : c’est une fidèle lectrice, mais peut-être aura-t-elle oublié ce qu’elle m’a dit ! Heu… j’en doute !

Mercredi 18

Le jardin est vraiment un lieu de convivialité privilégié. Vous mettez dans un jardin quelques passionnés de plantes et le monde peut bien s’écrouler. J’ai connu encore ce plaisir du partage des connaissances et la découverte de nouvelles plantes, hier dans deux jardins de la région Nantaise. Et quand chaque visite se termine autour d’une table… que demander de plus ?
Quelques découvertes : une collection d’Astrances étonnante, des fougères, l’Orlaya grandiflora déjà vu au jardin de Berchigrange dans les Vosges il y a plusieurs années… et bien d’autres plantes que je n’aurai jamais faute de place. Vous connaissez le Geranium asphodeloides ? Moi oui… depuis hier.
A propos de fougères, je n’étais pas le seul à craquer pour le Polystychum setiferum ‘Plumoso-multilobum’. Superbe ! Je suis revenu avec une feuille et J… m’a montré comment la multiplier : couper en petits tronçons que l’on plaque sur le terreau en fixant avec un fil métallique en U. On verra bien.

JPEG - 81.2 ko
Polystychum setiferum ‘Plumoso-multilobum’


JPEG - 43.6 ko
Les boutures dans une jardinière.
Sait-on jamais ?

11ème tonte du gazon. Je suis assez étonné car la pelouse est belle malgré la chaleur. Pour combien de temps encore ?


Une glycine bleue est plantée contre la façade Nord de la maison à l’arrière du bureau. Elle doit faire 10 m. Elle a fini de fleurir mais par terre, c’est un tapis de fleurs fanées et depuis 15 jours, quand on entre dans le bureau, c’est la décoration assurée ! Tout le coin est donc nettoyé.

Dans la haie le long de la rue, un Clethra alnifolia a été planté en février pour boucher un trou entre un Fargesia rufa et un Lilas. Il est un peu à l’étroit, on peut même dire qu’il manque d’air. Je lui « dégage un peu les bronches » et les tailles du Fargesia et du lilas passent dans le broyeur.
A propos du lilas, son temps est compté car je suis décidé à le supprimer. Il a 3 fleurs blanches au printemps. Mais pour l’instant il sert de tuteur à une clématite viticella. Il fait 3 m de haut et presque 2 m de large et il est entièrement recouvert par la clématite. Au moins il sert à quelque chose.
Je vous avais dit que le Paulownia recépé avait fait trois tiges (voir 16 avril). Excellente surprise : l’une est très belle et forme de belles feuilles ; les deux autres sont supprimées.

Jeudi 19

Saleté d’Aralia elata (qui n’est même plus ‘Variegata’) ! Mais quelle idée de planter une cochonnerie pareille ? Je sens qu’il ne passera pas l’hiver.

Une bonne partie de la journée (plus exactement de ma journée de jardinage qui se réduit à quelques heures…) a été consacrée à nettoyer la plate-bande qui borde le potager. Et dans cette plate-bande, il y a cet Aralia. Pourquoi je le maudis ? Il drageonne partout et j’ai dû enlever une bonne vingtaine de plants. Et alors ? Et alors ça pique et ce soir j’ai une écharde qui me fait souffrir comme un chien (d’accord, j’en rajoute un peu mais quand même). Et ne me dites pas de mettre des gants : je ne sais pas travailler avec des gants. Il faut que je sente la terre… et les épines !
J’ai à nouveau supprimé une belle touffe d’Iris très communs. Tant qu’à avoir des Iris germanica, autant avoir des merveilles ! Et ça ne manque pas. Une Euphorbe characias est taillée. Elle est moins belle qu’il y a quelques années. A mon avis c’est une plante qui ne vit pas très longtemps.
Cette année, j’ai taillé très peu les rosiers. Ils sont magnifiques avec une floraison spectaculaire. Mais j’ai constaté un problème sur les arbustifs, notamment ‘Felicia’ et ‘Bonica’ qui ont pris trop de volume : ils s’écroulent car les tiges ne supportent pas le poids du feuillage abondant. Il faudra après la floraison y remédier par une taille sévère. J’ai même dû, avec du lien caoutchouc, redresser les branches de ‘Pénélope’.
Bref, dans cette plate-bande il reste encore du travail… sans doute pour demain.

Vendredi 20

En nettoyant un coin du jardin, j’ai découvert une très belle hosta au feuillage glauque. Elle n’avait rien à faire là. Elle rejoint ses copines qui, pour l’instant, ne sont pas transformées en dentelle par des gastéropodes en manque. En plus des cheveux j’ai ajouté quelques grains de Ferramol… l’artillerie lourde !
Le nettoyage de la plate-bande d’hier est presque terminé, mais j’en ai aussi profité pour faire celui du coin que j’appelle potager. En fait le nettoyage consiste surtout à couper les fleurs fanées et notamment les touffes d’ancolies. Dans le potager, j’ai carrément arraché des plants sinon c’est l’invasion.
En ce moment, il faudrait que je sois tous les jours dans le jardin et au moins 5 ou 6 h. En fait je vais m’absenter quelques jours…

Jeudi 26

5 jours d’absence… à cette époque, c’est la catastrophe et principalement cette année à cause de ce fichu printemps qui a pris des airs d’été. A peine descendu de voiture hier soir, j’avais compris : les premiers vrais signes de sécheresse sont là. C’est désolant !
Je n’ai pu commencer à jardiner qu’en milieu d’après-midi mais je n’ai pas chômé. Quand je vois tout ce qu’il y a à faire, je suis un peu découragé. Celui qui inventera la machine à arrêter le temps pour les plantes quand le jardinier s’absente méritera un prix Nobel de je ne sais trop quoi… mais il le méritera.
Faut-il parler des rosiers ? ‘Pierre de Ronsard’, quand on est partis, était une splendeur : un rideau de fleurs de 1,50 m sur 4 ou 5 m. Au retour, c’est le même rideau… version fleurs fanées ! Et ce soir, version… feuillage. Pierrot, tu m’avais habitué à plus de tenue !
Et pour couronner le tout, j’ai bien l’impression qu’il y a eu un coup de vent : beaucoup de branches mortes du bouleau sur la pelouse et l’Aralia a un de ses troncs à 45°. Si ça continue, il ne va pas passer l’été. Sa mort est prévue pour l’automne, mais s’il insiste un peu, on peut avancer l’exécution capitale !
Donc, vous avez compris : j’ai nettoyé, coupé, arraché, désherbé, taillé… et demain je tonds...

Vendredi 27

12ème tonte du gazon.
En ce moment, c’est un jardin à 4 mains : deux pour la taille des rosiers (des tonnes de roses fanées), deux pour le nettoyage (des tonnes de fleurs fanées, de vivaces à raser…)
Mercredi : balade dans 2 jardins en Côtes d’Armor au Sud de Guingamp. La journée s’est terminée chez un pépiniériste qui est un puits de science. Entre parenthèses, il ne vend que des plants multipliés chez lui. Aucune revente. Certainement LE pépiniériste (le genre en voie de disparition !) qu’il faut connaître. Il s’agit de Jo Le Cam des Pépinières botaniques Armoricaines. Bref, comment ne pas craquer pour un petit Acer ? L’Acer palmatum ‘Red Pigmy’a donc été planté.
J’ai fortement conseillé à l’Aralia elata de rédiger son testament, et même de ne pas trop tarder ! J’ai arraché le tronc bancal et à moitié déraciné. Ce qui reste n’a plus qu’un intérêt : servir de tuteur à une clématite ‘Warszawska Nike’ tout en fleurs.
Mais quoi mettre à la place ? Il faut un arbuste
- poussant assez vite
- en cépée (plusieurs troncs)
- à feuillage léger. Il ne doit pas faire écran.

Il faudrait que je commence à réfléchir. En fait, je cherche un peu le même style que l’Aralia. Si vous avez une idée !
A 4 pattes en train de désherber, que vis-je en relevant la tête ? Le Clethra alnifolia planté depuis peu dans une fâcheuse situation. Les feuilles qui pendouillent… Il est sauvé de justesse. Je ne le sens pas bien du tout cet été 2011. D’ici qu’à l’automne on ramasse des cadavres !

JPEG - 82.6 ko
l’Aralia (ce qu’il en reste) vu du jardin d’ornement


JPEG - 50.3 ko
vu du potager

Samedi 28

Et en plus on a droit à un petit vent qui dessèche tout ! Cochonnerie de soleil… Un m’as-tu vu de première.
Un peu de nettoyage mais l’après-midi 4 personnes, dont une fidèle lectrice du « jardin au fil des jours », viennent visiter le jardin (je n’ai pas souhaité de séance d’autographes ! Restons simple). Pour moi, c’est plutôt un bon moment de convivialité surtout qu’en ce moment le jardin n’est vraiment pas au top. J’espère qu’elles n’ont pas été déçues. Evidemment, quand je fais le tour du jardin, je ne vois que ce qui ne va pas ! Et en plus des plantes à rabattre ou nettoyer, il y a celles qui souffrent du manque d’eau et qui sont à la limite de la survie : la plate-bande de fraisiers complètement ratatinée, le geranium ‘Orion’ planté il y a moins de 15 jours, un Camellia sasanqua au feuillage inquiétant etc.
Décourageant… mais non, pas question de se laisser abattre, et l’autre là-haut, il va bien falloir qu’il se fasse un peu plus discret. Et vous, vous vous souvenez du bon temps où il tombait de l’eau. Ca portait un nom : je crois qu’on appelait çà de la pluie…
Hier soir, j’ai rapporté d’une soirée entre amis, des rameaux d’un rosier grimpant sans nom. Des fleurs moyennes au coloris étonnant : un mélange de jaune, de rose et d’orangé. Le mieux est que je vous montre une photo.

Bien entendu, j’ai fait des boutures (4 exactement) et je ne suis pas le seul. Il paraît qu’il se bouture facilement, mais çà je ne le dis pas trop fort car c’est dans ces cas-là que je les rate !

Dimanche 29

Taille des rosiers et nettoyage… Rien de bien original.

Lundi 30

Même programme qu’hier. La routine… mais on approche de la fin.
Petite originalité : pas de soleil ! Ca fait du bien !!! Mais toujours pas de pluie et ça c’est moins bien.

mardi 31

Le même programme. Ca y est, tout le jardin à l’arrière de la maison est nettoyé.
Il faut être vigilant : c’est tous les jours que l’on découvre des plantes assoiffées. Il faut faire très attention aux végétaux plantés il y a moins d’un an. Aujourd’hui c’est une Tiarella plantée mi-mars. Je l’ai déterrée (la motte est sortie toute seule), trempée dans un seau d’eau plusieurs heures et replantée.
Le Malus x ’Evereste’ est nettoyé jusqu’à une hauteur de 2 mètres. Les brindilles et les branches du bas sont supprimées. A cela deux raisons :
- donner de l’air et de la lumière aux plantes qui se trouvent dessous, notamment pour le rosier ’Louise Odier qui s’étiole. Et je n’aime pas quand Louise s’étiole !
- les troncs étant dégagés, c’est une forme de taille par transparence.
Moins drôle : séance de broyage en perspective !

Et pour terminer le mois en beauté, quelques roses

JPEG - 37.7 ko
’Amber Queen’
un petit buisson



JPEG - 15.9 ko
’Souvenir de Marcel Proust’
une rose très parfumée


JPEG - 44.4 ko
’Raubritter’
un non-remontant

Pourquoi ne pas faire un bouquet dans le jardin ?

JPEG - 57.8 ko
’Bonica’


Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2010
Mai 2009
Mai 2008
Mai 2007

... en mai 2011

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic