Arrosoirs & sécateurs

... en mars 2010

Lundi 1er

Et 2 remorques de fumier de cheval en plus ! J’en suis à 12. C’est maintenant beaucoup plus rapide pour charger la remorque car ils ont changé l’emplacement. Plus besoin d’escalader ou de patauger...
Je me dépêche d’aller en chercher car il doit être mis avant que les plantes ne sortent de terre. Ce qui ne saurait tarder car la nature commence à se réveiller.

Mardi 2


10 minutes pour aller... 10 minutes pour charger... 10 minutes pour revenir... 30 minutes pour décharger... Soit 1 heure, montre en main, pour avoir une bonne dizaine de brouettes de fumier étalé dans les plates-bandes. Pas le temps de rigoler !
J’y suis donc allé 3 fois aujourd’hui. J’en suis donc à 15...
Mais ce soir, je suis cassé de partout !!! Oui, vieillir est un naufrage. Rigolez pas trop les jeunes... vous verrez !

Mercredi 3

Et deux virées supplémentaires ! J’en suis à 17. Il est temps que ça se termine. La semaine prochaine le jardin devrait être entièrement nettoyé et les plates-bandes recouvertes de fumier.
Et après j’attends le printemps de pied ferme !

Jeudi 4



Pas le temps d’aller chercher du fumier. Je préfère terminer le nettoyage de la dernière plate-bande du jardin d’ornement. Il ne reste que le potager à finir et un petit coin en bout du potager qui est à réaménager.
Pour le fumier, c’est un peu la course de vitesse car il doit être mis avant que les vivaces caduques ne sortent de terre. Après il sera trop tard. Or en ce moment, ça commence à s’activer... On sent l’arrivée des beaux jours... Y’a de la montée de sève dans l’air ! (dans l’air, ce n’est peut-être pas le bon mot, mais vous avez compris !).

Vendredi 5

J’en suis à 20... Je pense qu’il en faut encore 3 ou 4 maximum.

Il a fait un temps superbe aujourd’hui et normalement aucune pluie n’est à prévoir dans les jours à venir. C’est donc le bon moment pour faire des traitements d’hiver ou des traitements à la bouillie bordelaise sur les fruitiers et certains arbustes d’ornement. Ils évitent par la suite des traitements en cours de saison beaucoup plus "polluants".
J’en ai donc profité aujourd’hui pour faire un traitement de fin d’hiver. C’est un produit contenant du malathion et de l’huile blanche paraffinique. Il est prévu pour éliminer les larves et adultes de pucerons, cochenilles et chenilles.
Pulvérisation sur les fruitiers (pommiers, poiriers, cassissiers, groseillers, prunier et cognassier). C’est l’occasion aussi de pulvériser 2 camellias sasanqua atteints de fumagine (probablement produite par des pucerons ou des cochenilles). La fumagine est facile à reconnaître : les feuilles noircissent.

Il y a plusieurs jours, j’avais enlevé une bonne centaine de rhizomes d’Iris chrysographe (une invasion !) et, tout à fait par inadvertance, deux rhizomes de Rodgersia podophylla.
Les Rodgersia sont plantés dans un endroit humide et à mi-ombre l’été. Les conditions idéales car cette vivace au superbe feuillage grille au soleil et déteste la sécheresse. On verra.
Quant aux rhizomes d’Iris, j’en ai donné une bonne partie mais il en reste. Certains sont plantés à différents endroits du jardin par groupes de 3 ou 5 (toujours impair !). On verra où ils se plaisent le mieux. Normalement terrain frais et soleil mais parfois on a des surprises. Quant aux derniers rhizomes ils sont mis en pépinière dans un coin du potager, en attendant de pouvoir les donner.

Lundi 8

Retour de week-end... Un soleil magnifique mais un petit vent du Nord redoutable.
Aller dans la capitale bretonne, c’est l’occasion de s’échapper dans une jardinerie (çà y est, ils ont sorti les annuelles... avec le gel du matin, va y en avoir des plantes à remplacer sous peu !). Remarquez bien que je n’ai pas pu m’empêcher de craquer pour un pied-mère d’Agapanthe bleu foncé. C’est vrai que la touffe est énorme et n’a rien à voir avec les plants sous sachet plastique. Et comme j’ai envie d’Agapanthes (bleues évidemment)...
Elle a donc été plantée au soleil devant la maison. D’autres copines devraient la rejoindre au printemps.
Que voulez-vous, en ce moment je suis très porté sur l’Agapanthe. C’est grave Docteur ?
Griffage du fumier (pour l’aérer) dans certaines plates-bandes. Dessous, çà pousse !
Potager terminé... Y’a plus qu’a... et récolter !

Mardi 9


Et 2 de plus : j’en suis donc à 22 remorques...
Mais j’attaque le dernier morceau. Un coin d’ailleurs qui a toujours posé des problèmes car je n’ai jamais bien su comment l’aménager. Pour aujourd’hui je nettoie une bonne partie. Après... on verra !

Mercredi 10

2 remorques (on est à 24). Le fumier est répandu sur une partie du coin nettoyé hier. Il reste environ 2 m² à terminer. Mais ils vont me demander un peu de temps, car il y a, en particulier, un Oléaria à enlever. Et c’est un beau morceau. Il est mort cet été... mais je l’ai un peu aidé !
Nettoyage d’un bout du trottoir (en haut à gauche sur le plan). Quelques heures en perspective car il faut raser les erigeron karvinskianus et les valérianes et bien sûr désherber... Pas le boulot le plus intéressant.
Il fait un froid de canard... j’abandonne au bout de 3/4 h.


Je récupère des Ipheion sur le trottoir devant la maison. La quantité est impressionnante et regardez bien dans quoi ils poussent, se multiplient et fleurissent. Il n’y a pas de terre mais des cailloux et un truc jaune qui sert pour recouvrir le trottoir non goudronné. Je me dis que certaines touffes seront très bien dans le jardin...

Jeudi 11

Trottoir terminé... Ouf !
Retour dans le dernier petit coin du jardin. Il faut impérativement revoir sérieusement son aménagement. Je pense que dans tout jardin, il y a des coins qui posent des problèmes et que l’on délaisse plus ou moins. Moi, c’est celui-là.
Aujourd’hui, j’ai taillé le troène de moitié pour lui redonner une forme plus compacte et l’Oléaria virgata a été débité en grosses bûches pour la cheminée. Il reste à enlever la souche et là, je sens que je vais m’amuser comme un petit fou car c’est du costaud ! Et mes petits bras d’athlète vont souffrir ! S’il y a des volontaires, vous gênez pas !!!

Vendredi 12

Plantation de petits "oignons verts" achetés au marché mardi. En fait j’ai pris des oignons jaunes (oignon sturon) et des petits oignons blancs qui sont plus hâtifs. Il y a un an, on m’avait demandé ce que je plantais mais j’ai été bien incapable de répondre (comment voulez-vous que je progresse côté potager, alors que je ne sais pas ce que je plante ?). Tout ce que je sais, c’est que j’attends mai pour les manger dans la salade. On mange un petit bulbe et la tige verte formée.




Bon, j’ai attendu et je n’ai vu personne ! Heureusement que "La Glu" me tenait compagnie. Il ne manquait que Rosalie !
Ce soir, la souche de l’Oléaria virgata (un beau morceau) a été enlevée et une brande de bruyère posée en prolongement des autres. J’ai rebouché le trou et vais demain recouvrir de compost (le tas déborde !) puis de fumier. J’ai quelques idées de plantations mais ce n’est pas encore bien arrêté. On va voir.
Mais ce coin ne va plus être délaissé...

Samedi 13

Le petit coin de jardin prend forme. La terre a été retournée (là où c’était possible car il y a quelques bulbes d’Allium triquetrum que je laisse fleurir (ensuite il y aura du vide à faire). Un des trous du compost a été vidé (il a été rempli fin janvier !). Ce n’est évidemment pas du compost mûr (loin de là), mais il est réparti sur la terre. Je terminerai par une bonne couche de fumier la semaine prochaine (à cet endroit, la terre n’a jamais été très enrichie, je vous ai dit que c’était un endroit assez délaissé).
On avait "flashé" sur la clématite montana ’Marjorie’ vue au jardin d’Angélique il y a quelques années. On en a acheté une, mais il s’est avéré que c’est une montana tout ce qu’il y a de plus basique ! Je l’ai revue au printemps dernier et j’avais fait des boutures... ratées. J’ai recommencé et le résultat est attendu... Mais cette semaine, une superbe ’Marjorie’ m’a été offerte (Merci B...., je te fais encore plein de bisous). Pas sympa la copine ? A souhaiter que cette fois ce soit une vraie ’Marjorie’ ! Elle est donc plantée devant les bambous du fond de la plate-bande. Elle pourra cavaler à sa guise.
Au printemps dernier, on m’a apporté un pied de mûrier sans épines car on connait mon goût immodéré pour les mûres. Pas sympa le copain ? Impossible de trouver une place pour ce mûrier donc il végète dans son petit pot bravant la chaleur de l’été et le gel de cet hiver. Et il bourgeonne ! Il est planté devant la brande où il devrait pouvoir s’étaler.

Dimanche 14

Pas très courageux le gars ! Toutefois...
Toujours dans le même coin, plantation d’une petite Hebe naine (encore un cadeau... Elle est pas belle la vie ?). J’en profite pour mettre avec elle deux autres petites Hebe mal placées dans le jardin.
Près de ’Marjorie’ plantée hier, sont ajoutées 3 Verbena bonariensis récupérées sur le trottoir. C’est vrai que le trottoir est un 2ème jardin, mais faut pas exagérer tout de même !
Je termine en griffant, pour l’aérer, à certains endroits, le fumier.

Lundi15

Elle m’avait dit (la bonne copine en Alsace) : "Je te donne des plants de salades (des "Pains de sucre"). Tu verras, c’est inratable". J’ai eu toutes les explications pour les réussir. Je les ai donc rapportées en Bretagne... je les ai surveillées. J’ai bien vu que le nombre diminuait dangereusement de 15 à 10 puis à... Je lui avais bien dit que c’était peut-être plus utile de donner les plants à des jardiniers plus compétents côté potager. NON, c’est IN-RA-TA-BLE.
OK...

Eh bien, je peux vous dire qu’avec moi c’est RA-TA-BLE...
J’ai donc pris une photo de ma récolte (en gros plan pour pouvoir bien les voir). 4 malheureuses rescapées avec des feuilles à moitié bouffées par des bestioles qui "font rien qu’à m’embêter". Bon, elles étaient bonnes mais même pas assez pour boucher ma dent creuse ! Tristesse ! Et vous, derrière votre ordinateur, au lieu de vous bidonner, vous pourriez avoir un minimum de compassion...
Dimanche dernier, on a eu une conférence sur le potager en carrés. Faudrait que j’essaie car de toute façon ici côté potager çà ne tourne pas rond !
Suppression des vieux fraisiers (une nouvelle plate-bande a été refaite à l’automne dans un endroit plus ensoleillé).
2 remorques supplémentaires de fumier (soit 26). Il est réparti dans le potager et ses alentours. Qui osera dire que je ne suis pas persévérant ?

Mardi 16

Pas eu beaucoup de temps pour jardiner aujourd’hui, mais en fin d’après-midi je procède au nettoyage des bassins : changement de l’eau, taille des plantes, suppression d’une plante de surface gelée. C’est la Salvinia auriculata. Grâce à des conseils sur le forum, je l’ai sauvée car j’en avais mis une bonne poignée dans un seau, à l’abri du gel dans la serre. Je vais attendre encore un peu pour les remettre dans les bassins.

Mercredi 17

Pas le temps de jardiner aujourd’hui, même si la journée a tourné autour du jardinage (je n’en sors pas !).
Je suis, entr’autres, allé faire un tour dans une jardinerie et suis revenu avec quelques vivaces :
- 1 Rudbeckia fulgida var. speciosa,
- 2 Agapanthes umbellata (je vous ai dit que je veux des Agapanthes !),
- 1 Euphorbe polychroma (floraison jaune superbe),
- 1 Santoline chamaecyparissus (feuillage gris),
- 2 Anchusa azurea ’Dropmore’ (il y a une quinzaine d’années, on m’avait donné une Anchusa. Superbe... mais elle devenait envahissante et comme un imbécile, je n’arrêtais d’enlever des plants jusqu’au jour où... plus rien ! J’étais jeune !!! Depuis, je fais des tentatives mais à chaque fois c’est l’échec. On va voir cette fois car c’est vraiment une plante somptueuse et quand on aime le bleu...)
- 1 Viola ’Molly Sanderson’ (une floraison noire).

Vendredi 19

De la pluie pratiquement toute la journée mais je me force à faire un tour dehors pour planter :
- les 2 Anchusa azurea ’Dropmore’ (une dans une plate-bande à dominante jaune entre 2 rosiers... jaunes. L’autre devant un rosier arbuste rose. Elle devrait cacher le pied du rosier)
- la Viola ’Molly Sanderson’ (entre des hellébores à l’entrée de la serre)
- l’Euphorbe polychroma (à mi-ombre sous un Cercis canadensis ’Forest Pansy’ : Floraison jaune sous un feuillage pourpre)
- le Rudbeckia fulgida var. speciosa (devant un Parrotia persica, dans une plate-bande d’automne. Mais je ne suis qu’à moitié satisfait. Il pourrait bien changer de place)
Le reste sera planté dimanche. Je prends mon temps... le temps de la réflexion !
Deux bonnes nouvelles :
- le semis de cobées est en train de lever. Jusque là, tout va bien !
- en farfouillant délicatement dans le fumier, j’ai découvert une pousse qui sort de terre : c’est l’Eremurus himalaicus planté début octobre 2009. C’est la 1ère fois que je plante ce tubercule et donc assez impatient de voir le résultat car c’est une plante qui ne manque pas de classe. Je connais quelqu’un qui en a acheté une en même temps que moi et que je sens fébrile à l’idée de savoir que le plant est sorti de terre ici ! B..., aurais-je été meilleur que toi ? J’attends des nouvelles de ton Eremurus ! (de toute façon, il n’y a pas de honte si tu l’as raté ! Je ne me souviens plus de ce qu’on avait parié ?!!!)

Samedi 20

Cours de taille des rosiers dans le jardin, une partie de l’après-midi. Avec une bonne boisson chaude pour terminer car on ne peut pas dire que le 1er jour du printemps incitait à sortir bermuda et "Marcel" ! Une dizaine de rosiers ont donc été taillés. Il va falloir terminer bien que ce ne soit pas mon activité préférée au jardin (mes mains en tout cas détestent !)

Dimanche 21

JPEG - 32.2 ko
Un des 4 pots de cobées
C’est bien parti mais c’est maintenant que commencent les difficultés ! Quant à la floraison !
JPEG - 47 ko
Viola ’Molly Sanderson’



Même si hier les personnes qui étaient là pour la taille des rosiers ont fait un minimum attention aux plantations, il est évident qu’il est difficile de ne pas piétiner autour des rosiers pour tailler. Je griffe donc pour remettre en état. Le fumier cache les vivaces plantées autour des rosiers mais, par contre, amortit le piétinement.
Plantation de la Santoline chamaecyparissus et de 5 Agapanthes (les 2 achetées vendredi, une qui végétait à l’étroit dans un pot et 2 trouvées dans la serre, une bleue et une blanche qui m’avait été données il y a 2 ans). Je passe un temps fou à trouver un endroit où les planter . Les Agapanthes ont changé de place 3 fois !
Vous connaissez la cardamine ? C’est une mauvaise herbe que l’on trouve partout, qui est comestible et qui a goût de cresson.

JPEG - 68.1 ko
Cardamine



JPEG - 68.3 ko


Ne rigolez pas mais je suis allé en chercher (pas besoin d’aller bien loin, il y en a même dans le jardin) et je me suis fait un petit coin de cardamine dans le carré d’aromatiques du potager !
Lorsque j’en cueillais, une voisine intriguée m’a demandé ce que je ramassais. Je pense qu’arrivée chez elle, elle a dû en parler à son mari ! Je vois le genre : "Dis donc chéri, je ne savais pas qu’Alain avait des problèmes financiers au point de manger les mauvaises herbes sur le trottoir ! A moins qu’il ait pété un plomb !"
Que voulez-vous je suis "taureau ascendant lapin" et j’assume. Les meilleurs radis sont ceux que l’on mange dans le jardin, même s’ils croquent un peu quand il reste un peu de terre...


Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller prélever à nouveau des touffes d’Ipheion sur le trottoir. Et cette fois j’en ai planté au milieu des hellébores.

JPEG - 55.4 ko
La pousse de l’Eremurus qui sort de terre.
JPEG - 65.7 ko
une touffe d’Ipheion plantée devant un pied d’hellébores.

Lundi 22

2 remorques de fumier en plus. Sans doute les 2 dernières (en tout 28).


Il restait une lessiveuse rapportée d’Alsace cet été. Quelques trous dans le fond (c’est évident mais je le dis car on me pose régulièrement la question), un bon drainage (des débris de pots en terre recouverts d’un film geotextile pour isoler du terreau), un bon substrat et le tour est joué. Le récipient est enterré d’un bon tiers (petit détail : dans le fond du trou, j’ai mis une bonne couche de cailloux, sinon les trous de la lessiveuse peuvent se boucher. Cela est déjà arrivé et les plantes baignent dans l’eau... et crèvent par asphyxie). J’y ai planté une Centaurea cineraria : une plante vigoureuse au feuillage gris qui remplira le pot avant l’été. A côté, il y a des Ophiopogon noirs dans un autre récipient en zinc. Gris et noir... on aime.

Mardi 23

A la dernière bourse d’échanges de végétaux d’octobre 2009, on m’avait donné 2 plants de Campanules pyramidalis blanches. Ils ont passés l’hiver dans la serre et il était temps de les planter. Mais renseignements pris auprès de ma sympathique donatrice, cette campanule mesurerait 80 cm (pas plus) et se propagerait allègrement. Conclusion : ce n’est pas la pyramidalis. J’ai reçu les photos (je vais sans doute les mettre sur le forum. J’en mets une ici : elle est bleue mais cela ne change rien) et je penche plutôt pour des C. persicifolia. A vérifier... Bref, elles sont plantées.
Taille de quelques rosiers (le "petit personnel" étant parti, il faut bien que le "chef" jardinier fasse le reste !)
Rentré pour faire une bricole dans la serre... je n’en suis ressorti que 2 h 1/2 plus tard !!! Mais non, pas pour faire la sieste mais pour faire... du ménage ! et j’étais bien dedans !!! Nettoyage des pots, suppression des pots de boutures ratées, nettoyage des tablettes... et chaque pot est recouvert de cosse de sarrazin. C’est la 1ère fois que je le fais mais c’est un pépiniériste qui m’en a donné l’idée la semaine dernière. Que des avantages : lutte contre les escargots et limaces (j’en ai trouvé, d’ailleurs quelques boutures ont été partiellement bouffées), lutte contre la formation de mousse en surface etc.
Quelques bonnes surprises (ce fut vraiment l’occasion de faire le point) notamment des clématites qui semblent bien parties et un Lamium orvala que je croyais avoir raté (un petit bout de rameau m’a été donné dans un jardin). Toute la remise en état n’est pas terminée. A suivre.

Mercredi 24

Les semis spontanés, c’est super mais les graines lèvent où elles veulent et bien souvent dans des endroits impossibles. Cette année des nouvelles hellébores fleurissent en bordure de pelouse. La championne c’est la bourrache, une plante qui peut faire presque 1 m de diamètre et elle germe toujours à 2 cm de la pelouse. J’avais repéré, il y a quelques jours, un plant de pulmonaire en fleurs près de la pelouse. En fait, il y avait 5 petits plants ! Ils sont replantés entre des hellébores, les floraisons ayant lieu en même temps. De plus ce sont des plantes ayant un peu les mêmes exigences.
Dans cette plate-bande au Nord, il y avait une superbe hellébore x sternii ’Boughton Beauty’. Superbe avec ses fleurs foncées mais cette année elle a brillé par son absence ! Disparue... Par contre, j’ai trouvé à l’endroit où elle était un tout petit semis (2 cm de haut pas plus, avec une feuille toute petite). Récupération et mise en pot dans la serre. On verra bien. Au passage, je me pose des questions sur la longévité des H. x sternii. En plus, j’ai l’impression qu’elles dégénèrent...
Taille de quelques rosiers... très peu car un crachin s’est mis à tomber et je me suis dirigé... vers la serre. Vous aviez deviné ? Trop fort !
Tout est donc remis en état dans la serre. J’ai donc terminé ce que j’avais commencé hier.

JPEG - 75.1 ko
Les pots dans la serre
le terreau est recouvert de cosse de sarrazin
JPEG - 61.9 ko
Le Fuchsia procumbens ’Variegata’
il n’a jamais été aussi beau !

Vendredi 26

Emploi du temps décidément très chargé en ce moment. Je n’ai que très peu de temps à consacrer au jardin aujourd’hui (visite d’un jardin d’une amie).
J’arrive toutefois à tailler quelques rosiers (très peu !) et à planter 3 pieds de framboisiers qui m’ont été donnés.
Les Gîtes de France m’ont demandé de faire une formation jardin pour une vingtaine de membres. La semaine dernière, conférence et visite du jardin. La plate-bande de framboisiers semble vide et fait un peu pitié car la végétation a du retard. Oui, j’ai osé faire voir le potager-fruitier ! Même pas peur du ridicule... Hier, nouvelle journée avec conférence (en tout 7 h) et visite de 2 autres jardins... et surprise : une des personnes m’a apporté 3 plants de framboisiers de chez elle. Sympa non ? C’est vrai que le groupe était vraiment bien (vivant, dynamique et intéressant). J’ai bien aimé.

Samedi 27

En visitant un des jardins jeudi, je suis tombé en extase (n’ayons pas peur des mots !) devant un petit plant (prometteur) de spirée en fleurs. Renseignements pris auprès de notre charmante hôtesse, j’apprends son nom et dans quelle pépinière près d’ici on peut la trouver (la pépinière "Chèvrefeuille" pour ne pas la nommer. Où croyez-vous donc que la voiture nous a conduits hier ? Et aujourd’hui j’ai planté la Spirée thunbergii ’Fujino Pink’ (Pink parce que les boutons sont Pink - je veux dire roses- et les fleurs sont white -je veux dire blanches). Quand on est bilingue comme moi, c’est parfois difficile de s’y retrouver... On a aussi acheté une vivace qui m’était totalement inconnue (Chiastophyllum oppositifolium), une vivace de mi-ombre au feuillage vert anis et à la floraison jaune en été.

JPEG - 71.9 ko
Spirée thunbergii ’Fujino Pink’



JPEG - 84 ko
Chiastophyllum oppositifolium


Quelques boutures dans la serre : Chiastophyllum (branche cassée), Senecio vira-vira (7 ou 8 pots !) et Artemise ’Powis Castle’. C’est l’occasion de mettre du Ferramol sur les pots car les limaces et escargots se sont invités cet hiver dans la serre.
Je supprime complètement les vieilles feuilles de la fougère (Asplenium scolopendrium). Surprise : c’est un nid à escargots. Les salopards vont avoir de quoi manger ces jours-ci !!!
A nouveau quelques touffes d’Ipheion quittent le trottoir pour rejoindre les plates-bandes.
Et la journée se termine par quelques tailles de rosiers. Je hais le rosier ’Stanwell Perpetual’. J’aime ses roses, mais il est redoutable à tailler car c’est un arbuste formé de branches fines et très épineuses emmêlées les unes dans les autres. Et ce qui devait arriver est arrivé : en tirant sur une branche, j’ai arraché une branche de clématite pleine de boutons ! Je me hais !!!

Dimanche 28

Se coucher très très tard et avancer la pendule d’une heure, çà fait beaucoup pour une marmotte qui doit se lever tôt pour aller faire des folies à une expo-vente de plantes...
Et on a craqué pour :
- un Sorbaria sorbifolia, un arbuste assez drageonnant mais au superbe feuillage découpé. Il est planté dans le coin qui vient d’être refait près du potager.
- une Euphorbe mellifera. Problème : je veux la planter là où j’avais mis à l’automne un Helianthus salicifolia. Du coup, celui-ci change de place... La prise de tête !
- un Delphinum requienii (un cadeau !)
- un Carex solandrii (superbe graminée au feuillage persistant cuivré)
- une Heuchère ’Beaujolais’. Elle rejoint le coin des Heuchères à mi-ombre.
- un Carex siderosticha ’Banana Boat’. Superbe feuillage jaune pour l’ombre. Il est planté à l’arrière de la maison au Nord. Lumineux.
- 3 plants de fraisiers pour boucher les trous dans la plate-bande.
- un Echinacea purpurea ’Virgin’ (un cadeau). Il est placé dans la serre, le temps qu’il prenne de l’envergure.
- des plants de salades de quoi nourrir quelques escargots ! A planter demain.
et une petite folie...
- une Anemonella thalictroides ’Cameo’. Une plante de sous-bois. Elle est plantée dans un pot enterré dans une plate-bande au milieu d’hellébores à l’entrée de la serre. Pourquoi dans un pot ? Pour la retrouver plus facilement et la surveiller de près car elle disparaîtra cet été. J’en profite pour ajouter à cet endroit deux plants d’hellébores en fleurs (des semis mal placés).
Bref une grosse journée malgré une grosse sieste réparatrice !

JPEG - 39.5 ko
Anemonella thalictroides ’Cameo’

Lundi 29

Opération potager... Et çà ne rigole pas !
Pour les légumes de saison, il ne reste qu’une plate-bande de 2,50 m sur 1 m (oui, je sais, j’ai parfois la folie des grandeurs !). Il y a en plus un petit bout de 1 m² (mais oui !) pour l’instant recouvert de fumier.
J’ai donc retourné la plus grande qui borde la serre en enfouissant une bonne quantité de fumier de cheval. Comme elle est un peu grande (ne riez pas !) et que j’ai assisté il y a peu de temps à une conférence sur le potager en carrés (j’ai même un livre sur ce sujet), je l’ai donc divisée en trois en posant 2 petites allées en pierre. Un potager de poche.
Dans un des carrés je vais semer demain du persil d’Italie (persil plat). Pour l’instant les graines sont dans un verre d’eau pour hâter la germination. Dans un autre carré, des batavias achetées dimanche ont été plantées et entre celles-ci je mets à nouveau des petits oignons verts. Dans le 3ème carré je pense semer des radis. J’ai un paquet de graines de cresson alénois... pourquoi ne pas essayer ? J’aimerais bien aussi trouver quelques plants de laitue romaine. On verra !

Mardi 30

Soleil... pluie... soleil... pluie mais froid toute la journée. Pas évident de travailler dans ces conditions.


La plate-bande en carrés est terminée : semis de persil dans le 1er carré et semis de radis dans le 3ème (des radis de Pâques - çà tombe bien - mais en fait ce sont de longs radis rouges d’une vingtaine de centimètres que l’on voit partout en Alsace dans les potagers mais aussi à la vente). Le fin du fin : la terre est recouverte de cosse de sarrazin et j’ajoute des étiquettes écrites avec du cern-vitrail.

Qui osera dire que je ne m’applique pas ?
Le premier escargot ou la 1ère limace qui espère dévorer quelques salades ou bouffer quelques radis doit savoir que je tire à vue ! Va y’avoir du sang !


Repli dans la serre pendant une bonne averse pour refaire les plantations dans les godasses avec des boutures de succulentes. Elles resteront un moment dans la serre le temps que les plantes s’installent.

Et enfin, suite de la taille des rosiers. Je passe plus d’une demi-heure à tailler et re-palisser, sur le mur extérieur, ’Pierre de Ronsard’.
Cette année, j’ai décidé de tailler au minimum les rosiers. On verra bien.
A propos de tailles, il va falloir que j’accélère le rythme (je mollis !!!). C’est effectivement le moment de tailler
- les arbustes à floraison printanière qui ont fini de fleurir (Lonicera fragrantissima, Camellia...)
- les arbustes à floraison estivale et automnale (Hydrangea, Abelia...)
- les persistants qui ont besoin d’une coupe de printemps.
Pour en savoir plus, se reporter aux pages du site qui concernent les tailles.

Mercredi 31

Celui qui n’a pas de rosiers, ne peut pas imaginer ce moment d’extase et de bonheur intense que peut connaître le jardinier qui vient de terminer la taille de tous ses rosiers... Extase et mains griffées... quand elles n’ont pas en plus quelques échardes dues à ces foutues épines.
Et en plus, un petit coup de bouillie bordelaise pour éviter des maladies et favoriser la cicatrisation des plaies.
Plantation d’un Erodium guttatum ’Stéphanie’ dans un dallage à l’entrée du potager. Dommage que les Erodiums ne soient pas plus connus. C’est vrai que ces cousins des géraniums vivaces sont des plantes de rocaille qui demandent un minimum d’attention. On a vite fait de les oublier. J’avais planté un Erodium pélargonifolium qui se ressemait partout... il faudra que je le retrouve en jardinerie car sa floraison est assez longue.
Un superbe Pittosporum tobira ’Variegata’ a des feuilles tachées de fumagine et il s’est dégarni sur un côté. Il est pulvérisé avec un insecticide.
A certains endroits, sur les murs de la maison, de la mousse apparaît. Il était temps de passer un anti-mousse. Il y a quelques années, je passais de l’eau (très) javellisée. Effet garanti et immédiat... mais gare aux plantes qui sont aspergées. C’est ainsi que j’ai failli faire crever une glycine d’une bonne quinzaine d’années et qui mesurait plus de dix mètres. Je trouvais drôle qu’elle tardait à faire ses feuilles. Je l’ai rasée au niveau du sol (j’ai failli me faire tuer par une de mes filles !), mais heureusement une petite branche a été sauvée et la glycine est repartie de plus belle. Elle a maintenant plus de 25 ans et retrouvé ses 10 bons mètres.

Retour
Mars 2009
Mars 2008
Mars 2007

... en mars 2010

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic