Arrosoirs & sécateurs

... en mars 2011

Mardi 1er

« Moi j’veux bien
mais j’peux point… » (air connu)
J’m’explique… Vous connaissez les Alstroemeria ? Il y en a ici près de la porte d’entrée coincés entre le mur de façade et un Teucrium fruticans. Elles font plus d’un mètre de haut et se couchent sur le Teucrium et en travers de la porte. Et bien entendu il y en a de plus en plus chaque année. Une calamité. C’est dommage car elles sont orangées, ce qui va très bien avec les fleurs bleues du Teucrium et surtout la porte d’entrée et les volets de la fenêtre d’à côté qui sont… bleu-Bretagne.

JPEG - 15.1 ko
entre le Teucrium et la façade...
JPEG - 15.3 ko
près de la porte d’entrée...



Depuis plusieurs années je pensais les enlever de cet endroit mais cette fois-ci je suis décidé et c’est le bon moment car le feuillage fait une quinzaine de centimètres. Moi j’veux bien…
… mais j’peux point car cette cochonnerie a une tige souterraine d’une vingtaine de centimètre d’une extrême finesse. Elle casse dès qu’on la touche et pour avoir le bulbe qui ressemble à un petit bulbe de Dahlia… impossible. Bilan : 100 tiges cassées qui vont au compost et Ô miracle, j’arrive à avoir un plant avec son tubercule ! J’ai bien dit 1… Il est donc replanté dans une autre plate-bande au milieu de vivaces et arbustes. Il a intérêt à redémarrer !!!

JPEG - 21.1 ko
Vous comprenez mieux ?



JPEG - 16.9 ko
Le plant rescapé du massacre !
Bilan : réfléchissez bien à l’endroit où vous mettez vos Alstroemeria.


Broyage de tailles des jours précédents.
1ère tonte du gazon. C’est reparti... Je déteste ! Depuis que j’écris ma vie (quel prétentieux !) au jardin – c’est la 5ème année – je note le nombre de tontes du gazon : 22 en 2007, 28 en 2008, 21 en 2009, 23 en 2010.
Ca y est, j’ai mis du silicone sur le raccord des tuyaux de la fontaine. Demain ce sera la remise en marche, mais mieux vaut attendre quelques jours pour tout remettre en place (terre et pierres). Pour être sûr qu’il n’y a plus de fuite.

Et que vis-je dans une plate-bande ? Une tige d’Erememus qui sort de terre ! J’étais assez inquiet car son emplacement n’avait pas été marqué et il était à craindre de ne plus le revoir. Ca a l’air solide cette chose ! Et il semble même qu’une 2ème tige moins grosse pousse à côté. A voir...

Mercredi 2

Z’avez pas vu un Fuchsia magellanica ‘Aurea’ ? J’avais une bouture il y a un an et je pensais la planter à la place du bambou arraché ces jours derniers. Elle n’est plus dans la serre et en relisant ma littérature des mois derniers, j’ai découvert qu’elle avait été mise en pleine terre. Mais où ? Ce n’est pas précisé. Comme elle mesure moins de 15 cm, j’ai beau faire le tour du jardin, impossible de mettre la main dessus. Et j’en suis au 53ème tour !
Sur le trottoir devant la maison, les Ipheion uniflorum commencent à fleurir. Mais il y a aussi bien entendu des mauvaises herbes. Je nettoie donc une bonne partie.

Jeudi 2

Je l’ai retrouvé… le Fuchsia magellanica ‘Aurea’. Tout à fait par hasard et pas du tout à l’endroit que je pensais.
Depuis quelques temps, je réfléchis à l’aménagement des massifs d’hellébores. J’aimerais bien les garnir de plantes qui puissent prendre le relais de leur floraison, ou bien fleurir en même temps. Quelques touffes de perce-neige ont été ajoutées il y a quelques jours. Aujourd’hui ce sont des Ipheion uniflorum (récupérés sur le trottoir -ma pépinière d’Ipheion ! -) et des petits plants de Brunnera (semis spontanés).
J’ai une 2ème pépinière, cette fois d’Erigeron karvinskianus : c’est l’autre trottoir ! J’ai commencé à raser les touffes en enlevant les tiges sèches et en redonnant une forme bien compacte.
Pour la fontaine, le raccord est impeccable mais je crains de pas avoir tout à fait résolu le problème car il y a toujours une perte d’eau et je pense qu’elle vient du bac ! Grrrrr !

Vendredi 4

Les trottoirs sont propres… pour un moment mais il faudra remettre ça bientôt. Et moi, faire le trottoir c’est pas trop mon truc ! Bref, 25 m d’Erigeron karvinskianus remis en état pour de généreuses floraisons tout l’été.
Taille de 2 Cornus alba ‘Elegantissima’ et ‘Spaethii’ à moins de 50 cm.
Plantation des 2 boutures de Daphne odora et d’un plant d’Euphorbe à feuillage rouge (d’où vient-il ? mystère. En tout cas il était dans la serre).
Nettoyage du carré de graminées (rappel : certaines sont rasées, d’autres peignées. Il faudrait être bête pour raser une graminée dont la majorité du feuillage n’est pas sec !)

JPEG - 25.7 ko
Avant...


JPEG - 27.2 ko
Après...
c’est sûr, c’est plus dépouillé ! mais pour peu de temps...


La pivoine arbustive est morte, c’est ce qui était à craindre. Elle était dans le jardin depuis une bonne quinzaine d’années mais je n’ai jamais pu lui trouver sa place. Je l’ai déplacée à l’automne 2009. Elle a fleuri en 2010 (une fleur) mais elle n’a pas aimé l’été qui a suivi. Pour être très franc on ne va pas la regretter car les bonnes années elle faisait 2 fleurs qui ne duraient pas longtemps voire pas du tout s’il se mettait à pleuvoir. De toute façon, les pivoines ne m’aiment pas !

JPEG - 17.7 ko
Mine de rien, j’ai pas mal travaillé aujourd’hui...
mais j’avais de l’aide !

Samedi 5

Week-end chargé. Peu de temps pour jardiner.
Je remonte toutefois la fontaine. Bien entendu pour remettre les pierres enlevées (j’avais eu la bonne idée de ne pas sceller les pierres du dessus), j’ai eu un peu mal pour qu’elles retrouvent leur place ! Mais une mauvaise surprise m’attendait : il y a toujours une perte d’eau ! Moins importante mais non négligeable et elle vient du bac…
Il est donc vidé et une 2ème bâche est mise à l’intérieur. On va voir…

Dimanche 6

Mac-Gyver va péter les plombs : il semblerait que le bambou qui sert de déversoir soit légèrement fendu ce qui explique toujours une perte d’eau. Ca commence à m’énerver ! Dernière tentative : j’enduis de silicone l’intérieur du bambou mais je suis obligé de le faire en plusieurs fois… la suite demain !
Et le jardin ? En ce moment, c’est un festival de narcisses jaunes. Pour moi, les narcisses annoncent vraiment le début de la saison. Narcisses, bruyères d’hiver, hellébores, crocus (les perce-neige, c’est fini), Ipheion (le début) etc. Le Camellia ’Cinnamon Cindy’ est un bouquet blanc. Beaucoup d’arbres et arbustes font leurs premières feuilles. Ca sent bon le printemps malgré les petites gelées du matin… mais il fait bon au soleil à l’abri des vents du Nord !

Lundi 7

Ce matin il y avait encore une bonne petite gelée et ce soir la température n’annonce rien de bon pour demain matin. Je place un voile d’hivernage pour la nuit sur les boutures enracinées stockées dehors dans une plate-bande près de la serre.
Plantation d’oignons blancs dans un petit carré du potager. Au moins ça, je réussis !


Fin mars 2008, j’avais construit une petite tonnelle en osier vivant. Certaines branches sont mortes l’an dernier (manque d’eau ?). Comme j’ai récupéré de longues branches par ailleurs, elles sont plantées pour remplacer les branches mortes. S’enracineront-elles ? A suivre…
La fontaine est remise en marche. On va voir. De toute façon, j’arrête là car… ras le bol ! Et s’il y a une perte d’eau on mettra ça sur le compte de l’évaporation due à une canicule exceptionnelle depuis quelques mois, surtout en décembre ! (en ces temps de réchauffement climatique, quoi de plus normal !!!).
L’après-midi, pas de jardinage pas car on a de la visite… pour les hellébores. Un bon moment passé à parler de plantes, de jardins à visiter et d’échanges de conseils en jardinage. Il faut toujours écouter les conseils et les avis des personnes avisées et ne pas rester sur ses certitudes. Un après-midi riche d’enseignements… Merci « Lemo ».

Mardi 8

Une bonne gelée comme prévu : le jardin pendouille. Les narcisses pendouillent, les hellébores pendouillent, les Ipheion pendouillent… bref ça pendouille de partout ! Quelle idée de se lever aussi tôt ! (un accident… mais on ne m’y reprendra plus !)
Et vers 10 h, tout est rentré dans l’ordre.
60 centimes (quand même) de petits oignons verts plantés comme tous les ans. Et çà, je suis bon ! Ils sont mis entre les plants de fraisiers et dans des petits coins perdus. Faut gagner de la place !
J’en profite pour refaire un petit nettoyage du potager-fruitier.
Plantation de 3 graminées apportées hier par nos visiteurs. Les graminées, c’est super, il n’y a pas de prise de tête pour leur trouver un endroit. Il s’agit d’un Carex grayi, d’un Carex acutiformis et d’un Chasmanthium latifolium.
Taille du Camellia sasanqua ‘Kanjiro’. Pas question qu’il prenne trop d’épaisseur car il est en bordure d’allée dans le potager. Il est couvert de fumagine. Ce doit être la première fois qu’il y a de la fumagine depuis que je jardine.
Taille d’un troène qui ne sert pas à grand-chose, et surtout il prend de la place alors qu’il en faut pour que la clématite armandii puisse s’étendre. Il est taillé (de 2 m il passe à 50 cm) avant de… vous m’avez compris ?
Dans un gros pot, il y avait des Ophiopogon. Mais c’est dans un endroit à mi-ombre où cette superbe plante n’est pas mise en valeur. Les Ophiopogon vont rejoindre un petit coin près d’un arrosoir (le gris et le noir, on aime bien) et dans le pot je mets une succulente au feuillage jaune.
Je travaille avec un seau de corne broyée près de moi. Cela me permet d’en mettre sur les clématites que je rencontre (certaines sortent de terre) et les plantes à doper. Ce qui est bien avec la corne broyée, c’est qu’elle agit sur une longue période et non en coup de fouet comme le sang desséché.

JPEG - 22.7 ko
Pour moi, le mois de mars...
ce sont les narcisses. Il y en a partout... mais pas assez !

Mercredi 9

Et la fontaine ? Je sens bien monter en vous beaucoup d’inquiétude… Fuit ? Ou fuit pas ? On dira que c’est beaucoup mieux. Fin du feuilleton… mais quel suspense !
Un Acer ‘Shinonome’ est mort. Il est mort comme il a vécu… dans la discrétion et en passant dans le broyeur il n’a même pas poussé un cri. Il ne mesurait qu’une trentaine de centimètres. C’est l’été dernier qu’il a donné les premiers signes de fatigue (il avait perdu ses feuilles… manque d’eau ?).
La Bretagne, ce sont des maisons blanches et de l’humidité (y’a aussi les binious et les crêpes, mais on sort du sujet). Le problème, c’est que l’humidité transforme les façades blanches en façades vertes et on n’aime pas ! Conclusion : pulvérisation de produit anti-mousse. C’est la 2ème fois cet hiver car je n’avais traité que le bas. Mais l’humidité c’est aussi tout en haut du pignon ! Donc il faut monter sur le bord de la fenêtre, bien s’accrocher pour éviter de s’étaler comme une crêpe quelques mètres plus bas, et pulvériser. Manque de chance, le vent était dans le mauvais sens et j’ai pris quelques embruns fort désagréables (en bord de mer c’est normal). Si seulement j’avais été vert… de peur, mais même pas.

Nettoyage d’une grande partie de la plate-bande au fond du jardin (toujours avec un seau de corne broyée pour en mettre au fur et à mesure que je rencontre des plantes à doper). Pas mécontent ! Et dire que lorsque j’aurai tout terminé, il faudra recommencer par l’autre bout !
Broyage des tailles de ces deux derniers jours (troène, cannes de bambou, Camellia sasanqua ‘Kanjiro…).

Dimanche 13

3 jours de tourisme en Touraine… sans voir de jardins (trop tôt en saison). Quelle région superbe !
Il faut se remettre au jardinage car les plantes n’attendent pas en ce moment.
Le Camellia ‘Cinnamon Cindy’, avec les quelques matinées de gelées a des fleurs plus rouille que blanches. Il suffit de secouer l’arbre pour que les fleurs abîmées tombent et qu’il reprenne belle allure.
Taille d’un Rhamnus alaterne ‘Variegata’. En fait je lui redonne sa forme en boule en écourtant un peu ses branches. Il y a un deuxième Rhamnus qui m’inquiète car il n’a pratiquement plus de feuilles alors qu’il est persistant. A voir.
Taille d’un deuxième Camellia sasanqua qui gêne un peu le passage pour aller contempler l’opulent ( !) potager. Il s’agit de ‘Maiden Blush’.
Taille de l’osier de la petite tonnelle. Certaines tiges sont mortes et pour garder la structure, je palisse quelques petites branches afin de conserver les croisillons.
A propos de taille, dans les jours qui vont venir, ce sera mon gros travail. Si j’étais un arbuste ou un rosier du jardin, c’est sûr, je me « barrerais » à la course ! Car ça va décoiffer avec mon petit sécateur tout neuf, mais aussi l’échenilloir et le coupe-branche.
Je fais l’inventaire des endroits qui manquent de narcisses : un coin sans narcisses serait une faute !

Lundi 14

Il ya deux ans (25 avril 2009), une tempête avait arraché du mur un Hydrangea petiolaris. La moitié seulement car le bas était retenu par un fil métallique horizontal placé à 2 mètres du sol. Depuis, il s’est bien remis et recommence à grimper (il s’accroche comme du lierre). Pour ne pas retrouver le même problème d’ici quelques années, il était indispensable de fixer un mètre plus haut un deuxième fil. Inutile de dire que c’est le genre de corvée que l’on repousse mais quand faut y aller, faut y aller ! Je craignais de ne pas y arriver pour une raison toute bête : échelle trop courte car on est ici au-dessus de la porte du garage dans la descente du sous-sol. Pour être jardinier, il faut aussi être un peu bricoleur, mais aussi bon équilibriste car il a fallu placer l’échelle sur le dessus du muret qui borde la descente (sans piétiner le Daphné qui est là !) et en s’appuyant sur les branches d’Hydrangea plus que sur le mur ! Un grand moment de solitude où l’on se dit que ce serait plus facile si l’on était un petit zoziau. Mais un zoziau avec une perceuse, ça court pas les volières ! Donc, je ne chus point (c’eut été dommage... pour la perceuse !) et le fil est posé.


En allant dans mon magasin de bricolage tout proche pour acheter un foret béton, tout à fait par hasard dans leur tout petit coin jardinerie, j’ai trouvé une Tiarella (espèce non précisée). Une plante d’ombre intéressante qui n’a jamais été plantée ici. Son feuillage un peu bronze m’a séduit.


L’Euphorbe characias a une durée de vie limitée. Les trois characias du jardin donnent des signes de vieillesse très inquiétants : elles font du vieux bois et sont moins opulentes. Mais c’est une plante qui a le bon goût de se ressemer. Et sur le trottoir un très beau plant d’une trentaine de centimètres se développe. J’ai l’ai récupéré et mis en pot en attendant sa plantation prochaine pour remplacer l’une d’entre elles.

Mardi 15

Je pensais en avoir terminé avec le palissage de l’Hydrangea petiolaris. Il me suffisait, avec le raidisseur de tendre le fil tout en plaquant l’Hydrangea sur la façade. Mais ce que je craignais est arrivé… 3 fois : la fixation n’a pas tenue à cause d’une cheville inappropriée. Et c’est comme çà que l’on perd bêtement plus d’une heure. Autant je peux être patient en jardinage (faire des boutures demande un minimum de patience), autant je m’énerve très vite en bricolage et à chaque fois qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, je m’exprime. Pour être plus clair : je jure et tout le quartier en profite ! Faut le savoir…


Pour me détendre, je fais quelques écriteaux mis discrètement dans des coins du jardin.



Nettoyage d’une plate-bande où il y a peu de travail à faire. Enfin, c’est ce que je croyais, car en plein milieu il y a un Aralia elata ‘Variegata’ (qui n’est plus ‘Variegata’ d’ailleurs !). Son temps est compté pour plusieurs raisons :
- il n’a plus son feuillage panaché
- il a des branches, ou plutôt des troncs, qui sont morts
- il a une écorce piquante très désagréable
- il fait des dizaines de rejets un peu partout
Etc. Bref, vous avez compris que je viens de commencer l’inventaire des raisons pour lesquelles il va terminer sous peu (au plus tard à l’automne) en bois pour la cheminée. Il a déjà commencé d’ailleurs car il lui manque ce soir plus de la moitié de ses troncs, complètement secs. En tombant, l’un d’entre eux a cassé un rosier arbuste en deux. Avec du lien j’ai « recollé » les deux morceaux. A suivre.


JPEG - 15.8 ko
A débiter pour faire du bois de chauffage.


J’ai bien failli le supprimer entièrement mais quoi mettre à la place ? Il me faut un arbre ayant le même port évasé, qui ne fasse pas une masse opaque (un grand arbuste taillé en transparence ?), avec plusieurs troncs (style cépée de bouleaux ?)... Je cherche...

Mercredi 16

Il fallait bien débiter le bois. Il sera bien utile pour l’hiver !
Nettoyage de la plate-bande au fond du jardin. Elle avait été commencée il y a quelques jours.
Le jardin est propre, je ne suis pas mécontent.

Jeudi 17

Les « grosses » sont de sortie et papotent près des bassins.

Lors du re-palissage de l’Hydrangea, j’ai dû placer l’échelle au pied du Daphne odora (il va beaucoup mieux après un coup de fatigue cet hiver). Ce qui devait arriver est arrivé (je n’en rate pas une !) : une branche a été cassée. Si je vous dis que j’en ai fait des boutures, serez-vous surpris ?
2ème tonte du gazon.
Broyage (le dernier Miscanthus, tailles du Camellia sasanqua etc.)

Vendredi 18

Il est temps que ça se calme car entre le jardinage, le site Internet, la conférence de demain, les coups de fil pour les visites de jardin et le reste, je vais tourner chèvre. Très utile pour tondre la pelouse… une idée à creuser !
Hier, j’ai dû aller faire un tour dans la grande ville (préparation d’activités prochaines), je me suis retrouvé dans une jardinerie que j’aime bien et dans laquelle je ne vais pas assez souvent. Une caverne d’Ali Baba ! (Il y a eu les avions renifleurs, nous on a une bagnole qui renifle les pépinières et jardineries ! Je veux aller à droite, elle repère une pépinière à gauche... rien à faire, le volant tourne à gauche. Bizarre. !). Tout ça pour vous dire que je suis revenu avec un petit Melianthus major (il est mis en pot. On verra ensuite car le plant de l’an dernier n’est toujours pas sorti) un petit Acer palmatum ‘Little Princess’ (planté aussi en pot pour le bichonner). Ces deux plants à des prix plus qu’intéressants…
Epandage d’engrais à libération lente pour le gazon (j’ai bien dit à libération lente).

JPEG - 36.7 ko
Quelle dommage que la floraison du Prunus ’Accolade’ soit si courte !


Samedi 19

Journée chargée : conférence le matin et atelier de jardinage l’après-midi dans le jardin (taille des rosiers). Je ne vais pas me plaindre : « je prends mon pied ».
Pour la taille, comme depuis une dizaine d’années, elle est faite ici avec 10 à 12 personnes et c’est sympa. Cette année, il faisait un beau soleil mais à l’ombre, il faisait un peu moins chaud. Mais quelques gâteaux et un peu petit coup à boire çà vous requinque un(e) jardinier(e)… Bref, un après-midi super et quelques-un(e)s ont participé au nettoyage du trottoir ! (je veux dire qu’il y a un peu moins de touffes d’Ipheion uniflorum). Ils et elles les ont bien méritées car j’ai eu des élèves très attentifs et sérieux. Un bon moment de convivialité.
Je n’ai jamais taillé les rosiers aussi tard et je ne le regrette pas car il y a des avantages (d’autres y trouveront des inconvénients). J’ai pu observer que cette année le groupe taillait beaucoup moins que les autres années. C’est logique : on hésite à trop tailler quand la plante a déjà ses feuilles. Je pense l’an prochain tailler à nouveau vers la mi-mars.

Petite anecdote : on a vu M... traverser le jardin à la course, pensant qu’un petit mulot avait réussi à grimper par la jambe de son pantalon ! Fausse alerte mais c’est le genre de truc qui fait bien rigoler ! "La glu" est chargée de le retrouver et de lui faire sa fête !

JPEG - 25.4 ko
Françoise très appliquée...
comme toujours.



JPEG - 33.5 ko
Martine réfléchit...

Il est prévu pour très bientôt un atelier semis de vivaces, et un autre de bouturage (ici, dans le jardin). Suivront ensuite les visites de jardins. Même pas le temps de s’ennuyer !

Dimanche 20

M…, tu es vengée : « La glu » a croqué le mulot après avoir joué à cache-cache avec lui pendant une bonne heure. Amusant à observer même si çà se termine dans un bain de sang.
Le « petit personnel » étant parti, je me retrouve devant les rosiers avec mon « sécateur haut de gamme ». Mais haut de gamme ou pas, faut y aller. J’ai donc commencé mais en prenant mon temps car c’est l’occasion, éventuellement, de nettoyer autour de chacun d’entre eux. Les 3 grimpants qui demandent trop de travail de palissage ont été laissés de côté pour le moment. Mais il doit bien y avoir pas loin de 100 rosiers ! (à vue de nez…). En tout cas, je trouve que la taille tardive est beaucoup plus facile à faire. On se pose nettement moins de questions car on voit tout de suite les branches mortes, les branches chétives, les branches en trop etc. Quant aux rosiers arbustifs, c’est un régal à tailler : c’est plus une égalisation des branches pour redonner une forme harmonieuse, alors qu’en février c’est souvent la prise de tête. Un exemple : si on taille tôt, on se pose toujours la question de savoir si le bourgeon au-dessus duquel on a taillé, va démarrer. En taillant tard, on a la réponse avant de tailler !
Je n’ai qu’un vice (si, si…) : celui des clématites ! A part çà, je touche pratiquement la perfection (et la modestie !!!). Mais mon vice est entretenu par des personnes bien intentionnées qui me signalent des achats de clématites à pas cher dans le coin (promo à 6,50 € au lieu de 15). Et comme je suis partageur (encore une de mes nombreuses qualités !), nos amis ont pratiquement dévalisé le magasin ! (Merci Pierrette).
Etant très raisonnable (une qualité de plus !), le choix ne s’est porté que sur 3 : C. viticella ‘Margot Koster’, ‘Xerxes’, ‘Pink Fantaisy’.
Xerxes (une grande fleur bleue) est plantée dans un Exochorda, ‘Pink Fantaisy’ (une rose qui aime la mi-ombre) est installée contre la serre à un mètre de C. viticella ‘Purpurea Plena Elegans’ qui est rose plus soutenu mais à toutes petites fleurs. La 3ème sera plantée demain.

Lundi 21

Il reste deux rosiers à tailler. Ce sont deux grimpants à palisser, l’un sur une façade, l’autre à l’horizontale sur le dessus d’un mur. Ces deux là me prendront plus de temps. En tout cas, pour la première fois la taille des rosiers ne m’a pas semblé s’éterniser.
Plantation de la clématite viticella ‘Margot Koster’ au pied d’arbustes persistants en clôture du jardin. Un peu de gaieté dans cette masse de vert.
Les hostas et quelques clématites au feuillage trop tendre qui sort de terre ont droit à un peu de Ferramol car les gastéropodes sont en embuscade. On les sens dans les starting-blocks prêts à fondre sur leurs plantes préférées à la moindre goutte d’eau. Manque de bol, il fait un temps beau et presque chaud pour un mois de mars. Pour les cheveux, je me réapprovisionne.
Plantation de Verveine citronnelle dans une lessiveuse dans le coin des aromatiques. J’adore froisser son feuillage en passant mais tous les ans je la perds. Cette année, je vais faire des boutures. J’ai appris samedi dernier qu’en faisant sécher ses feuilles, on pouvait faire une excellente tisane. A retenir...

JPEG - 21.9 ko
Les Chionodoxa forment des tapis bleus...
j’aime.

Le Chionodoxa luciliae, un bulbe à découvrir...

Mardi 22

Le beau temps ensoleillé étant là, il faut en profiter pour refaire les lasures (huisseries de la maison – au Sud et à l’Ouest). Mais aujourd’hui c’est le grand portail qui y a eu droit. Je déteste manier le pinceau : je me fiche de la peinture partout !
Traitement anti-cochenilles sur les Camellia. C’est la 1ère fois qu’il y a de la fumagine. Curieux.
Taille des Senecio vira-vira. J’en profite pour faire à nouveau des boutures. Au moins une cinquantaine (dans des jardinières qui ne servent plus).
Grand nettoyage de printemps dans la serre :
- les plantes bien enracinées sont sorties (elles rejoignent celles qui ont déjà été sorties de la serre il y a une bonne quinzaine de jours)
- les boutures ratées sont supprimées
- nettoyage des tablettes
- taille de la Salvia discolor et du Plectranthus argentatus (2 potées du jardin mises en hivernage). Devinette : qu’ai-je fait des rameaux coupés ? Des boutures ? Comment avez-vous trouvé ? Trop fort !
Bref, c’est le vide dans la serre… Il va falloir maintenant mettre dans les plates-bandes les plantes enracinées.
Taille du rosier grimpant ‘Polka’. Il est palissé sur le dessus du mur de clôture. Celui-là m’a demandé du travail car il faut arquer discrètement les branches en tirant dessus avec un lien accroché à un fil métallique fixé sur le dessus du mur.
On adore le chou-rave. Et quand on a épousé une cuisinière d’origine alsacienne, pas de problème. L’ennui est qu’il est difficile d’en trouver en Bretagne. Manger ce légume uniquement quand on est en vacances en Alsace (3 semaines), c’est léger et on ne va pas non plus en manger tous les jours matin, midi et soir ! Donc, il reste une solution : en cultiver dans le jardin ! Pas bête… sauf que je pense avoir une chance sur mille (peut-être deux ?) de pouvoir manger un chou-rave de ma production (2, faut pas y songer, même en rêve !). Conclusion, j’ai rapporté l’été dernier deux paquets de graines de chou-rave et ai distribué les graines à une bonne dizaine de personnes lors de la conférence samedi dernier. Dans quels buts ?
- faire connaître ce légume à des Morbihannais plus portés sur les fruits de mer et les crêpes,
- savoir s’il est possible d’en cultiver ici (j’ai donné une fiche de culture présente sur le site),
- espérer que quelqu’un aura une récolte assez abondante pour nous donner un chou-rave (un nous suffira, on n’est pas exigeant). Un avant-goût des prochaines vacances…
En attendant, j’ai, moi aussi, fait un semis en caissette. Il est dans la serre. Normalement au début, tout va bien. C’est après que ça se gâte !

JPEG - 12.5 ko
Pour l’instant, cest bon...


Mercredi 23

Non, je ne me la pète pas… non, je ne joue pas la star… mais passer de la lasure sur des volets en plein soleil, façade peinte en blanc, plein Sud, ça nécessite des lunettes de soleil !
Taille et palissage du dernier rosier !!! C’est le rosier grimpant ‘Mme Isaac Pereire’. Il y a un problème pour le palisser car la place est assez limitée et en plus il y a la gouttière de la maison voisine qui gêne (entre parenthèses, elle devrait être sur le toit voisin et non chez nous).

JPEG - 9.4 ko



Taille des rosiers… terminé… passons à autre chose !
Justement, si on reparlait de nettoyage ! Ca faisait longtemps !!!
Mais cette fois, j’ai en plus deux objectifs :
- tailler certains arbustes notamment les persistants,
- refaire l’inventaire détaillé des clématites
 : vérifier la liste établie ces dernières années, et refaire le plan du jardin avec les noms. J’ai envie de faire le point.
J’ai donc commencé, comme toujours, par le bout de jardin devant la maison et les 4 premières clématites sont bien là. A suivre.

JPEG - 35.7 ko
Il pleut des pétales du Prunus ’Accolade’
Pour un peu, ça rappellerait presque les fêtes-Dieu du village de mon enfance ! (avec les parterres de pétales au milieu des rues... ça existe encore ?)

Jeudi 24

Et c’est reparti pour un tour ! Une bonne partie de la journée se passe dans 20 m² devant la maison : taille du Prunus lusitinaca qui a pris de trop grandes proportions et d’un Cotoneaster dont beaucoup de branches sont mortes. Quelle idée j’ai eu de planter un Cotoneaster ? Sans doute par manque d’inspiration. Petit problème : il y a maintenant un trou dans la haie et à cet endroit… Il va falloir voir pour supprimer le vide. Entre le Prunus et le Cotoneaster, il y a un Griselinia littoralis qui fait environ un mètre. En le déplaçant de 1 m, le trou serait à moitié bouché. Je fais des boutures et j’en mets un deuxième puis je vire le Cotoneaster. A voir.
Bref, quand je vois ce soir le tas de branches à broyer, c’est un coup à faire des cauchemars !


Je fais l’inventaire des clématites dans ce coin du jardin (devant la maison et sur le côté Ouest). Il y en a déjà 13, et probablement 14. Seule une ne semble pas encore sortie.

JPEG - 9.8 ko
inventaire des clématites devant la maison


L’Elegia capensis planté il y a un mois n’est pas brillant et m’inquiète (c’est le 2ème). Il souffre… mais de quoi ? Il est remis dans un pot et je vais essayer de le sauver. C’est un arbuste superbe qui fait penser à une grande prêle ou un bambou, mais j’ai du mal à l’installer. 2ème et dernière tentative.

Vendredi 25

Lasure (suite) : Grrr...
Il fait une chaleur depuis quelques jours, on se croirait en mai-juin ! Cela m’a permis de découvrir un petit problème. La nouvelle voisine, avant d’habiter la maison, fait des travaux notamment dans le jardin. Il n’a jamais été entretenu et elle a commencé par supprimer les arbustes qui se trouvaient le long de la serre. J’ai pesté bien souvent contre ces arbustes. C’est pourquoi une brande de bruyère a été placée en limite au moment de l’installation de la serre. Mais aujourd’hui, je m’aperçois qu’ils avaient une utilité depuis 2 ans : ils faisaient de l’ombre dans la serre. Or, maintenant elle est pratiquement à découvert. Il faudrait que je voie comment mettre une ombrière car maintenant la température peut monter très vite. Ce ne sera pas une mince affaire. Je compte sur un de mes gendres pour me trouver un système… Pourquoi me fatiguer à chercher alors que lui, va tout de suite trouver le truc !
Il y a un autre problème avec ce temps chaud : la pelouse n’apprécie pas du tout à certains endroits à cause de l’engrais mis il y a une semaine.
_ Broyage de la moitié du tas de branchages. Au bout d’une heure et demie, j’en ai ras le bol. A terminer demain.

JPEG - 22.9 ko
Et ce n’est qu’une partie du tas à broyer !

Le broyat est mis au pied du Prunus et du Cotoneaster taillés hier.
Plantation de boutures faites à l’automne : des Senecio vira-vira, de 3 Gauras, d’une lavande canariensis (dans une lessiveuse), d’un Fuchsia ‘Beacon Rosa’.
Plantation d’un géranium ‘Rozanne.
Taille des Hydrangea ‘Annabelle’, Ayesha’ et ‘Igu No Hana’.

JPEG - 14.4 ko
J’aime la giroflée ravenelle
Mais oui, çà m’arrive de réussir des semis !!!

Samedi 26

Lasure (suite) : pénible…
Broyage (fin) : ouf. Faut vraiment être motivé et ce matin le broyeur n’a pas arrêter de bourrer. Moi colérique ? Ah bon, vous avez entendu mes coups de gueule… peut-être est-ce un grand mot, disons que j’exprimais ma désapprobation un peu rudement !
Le Griselinia littoralis a été déplacé d’un mètre. Ca change tout. En fait il mesurait presque 2 m. Je l’ai un peu taillé et fait quelques boutures. Il faudra le surveiller car c’est un arbuste auquel je tiens. Il a été obtenu par bouture.
¨Plantation d’une dizaine de petits plants de primevères sauvages. Ils sont mis sous des pommiers en espalier près de l’allée d’helxine. Plantation de 5 plants de fraisiers ’Gariguette’. Fraisiers et primevères m’ont été donnés hier (et apportés à domicile en plus !). Merci P...
Un peu de nettoyage, toujours devant la maison.

Dimanche 27

Lasure (suite) : ras le bol…
Les jardins côtés Sud et Ouest sont nettoyés.
Les vieilles feuilles des fougères scolopendre des murets de la descente du sous-sol sont enlevées une par une pour ne pas abîmer les jeunes qui apparaissent.


Miracle ! Les Salvia patens sortent de terre. Génial !

Lundi 28

Lasure (suite) : c’est un peu longuet…
Je suis victime de harcèlement. Si, si…
Dans une plate-bande, je vous ai dit que tous les ans j’enlève des centaines de plants d’Anémone du Japon. Oui, c’est joli… mais à petite dose ! Si on laisse faire, c’est toute la plate-bande qui sera envahie et entendre les Acer, les rosiers et vivaces suffoquer par manque d’air serait insoutenable. Mais cette année dans ce coin du jardin une plante accompagnatrice au nom barbare Ranunculus acris mais plus connue sous le doux nom de « bouton d’or » a élu domicile. Et donc des Anémones du Japon accompagnées de bouton d’or, ça commence à bien faire ! Mais ce soir, on peut dire que l’ennemi a capitulé, au moins provisoirement. J’ai gagné une bataille mais pas la guerre car il faudra remettre ça dans quelques semaines. C’est pas du harcèlement ça ? Un après-midi pour nettoyer 20 m², c’est quoi ?

Scène de jardin : La Glu entre mangeoire et nichoir...


On comprend mieux pourquoi on trouve des plumes dans le sous-sol !

Mardi 29

Nettoyage (suite) et recensement des clématites (on arrive ce soir à 68 mais c’est loin du compte). Je suis en panne de corne broyée, donc quand je trouve une nouvelle clématite qui n’a pas eu sa petite poignée de corne, elle a droit à une petite dose d’engrais géraniums (liquide).
Vous savez qu’il me faut trouver un système d’ombrière pour la serre pour la belle saison (la semaine dernière on a presque atteint les 40° C un jour où j’ai oublié d’ouvrir la serre !). Il fallait que je réfléchisse, avec l’aide éventuelle d’un de mes gendres. J’ai dû écrire ça un soir où l’abus de chouchen (alcool breton) commençait ses effets. En fait, la solution existe déjà ! J’avais fait des cadres avec du plastique à bulles mis à l’intérieur pour l’hiver… J’ai donc commencé à en refaire mais en mettant une toile d’ombrage à la place. Les cadres sont faits pour le côté le plus exposé au soleil, il manque l’ombrière. Je pense mettre un filet Nortène (on va voir) mais pour ça, je dois aller à la ville !

Mercredi 30

Enfin un temps superbe ! Non, je ne blague pas : il a plu toute la journée. Juste un petit crachin sympathique qui vous revigore un jardin et qui donne au jardinier l’envie de glandouiller à l’intérieur. Et c’est ce que j’ai fait ! Au fait, pourquoi s’obstine-t-on à considérer que la pluie est synonyme de mauvais temps ? Serait-ce donc si absurde de penser que parfois un excès de chaleur, de soleil et de sécheresse est synonyme de temps pourri ? Et si on demandait aux plantes ce qu’elles en pensent ?
Bilan : vous avez compris… je n’ai presque rien fait dehors, sinon continuer l’ inventaire de clématites et rempoter une bouture d’Euphorbe ceratocarpa dans un pot.
Y’a des jours comme ça où les héros sont fatigués et font la pause ! J’ai tout de même écrit une dizaine de lignes pour vous dire que je n’ai rien fait… et ça, c’est pas héroïque ?

JPEG - 33.9 ko
Le cerisier vu de la salle de bain
et dire que dans certains jardins, çà pourrait donner des cerises !

Le semis de chou-rave a levé. Au premier plan, les verts... les violets sont sortis deux jours après. Pour l’instant, tout est OK, mais pour combien de temps ?

Jeudi 31

Petit tour en ville et retour avec quelques « bricoles ». Je veux dire des vivaces, une toile de paillage pour servir d’ombrière dans la serre (moins de 4 € !) et un pulvérisateur Berthoud avec lance téléscopique de 2,40 m (un prix plus qu’intéressant qu’il fallait saisir mais je ne pourrai ouvrir mon paquet que dans un mois… de la faute à mes parents ! Pouvaient pas être plus rapides ?). J’ai cherché partout des graines de Salvia patens… Rien.

Retour en
Mars 2010
Mars 2009
Mars 2008
Mars 2007

... en mars 2011

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic