Arrosoirs & sécateurs

... en septembre 2009

Mardi 1er

L’automne approche... mais la pluie ne vient pas et le jardin aimerait bien un peu d’eau. La pelouse est moins verte que mi-août !
Aujourd’hui je n’ai que le temps de broyer les branches de Magnolia taillé hier (sévèrement en épaisseur et non en hauteur). Je récupère un beau volume de broyat qui est réparti en deux endroits dans une plate-bande. J’en profite pour passer au broyeur des branches de 2 clématites viticella qui recouvrent des arbustes. La floraison est terminée pour cette année, donc aucun intérêt de garder ce feuillage encombrant. De l’air... de l’air.
La brouette est morte... archi morte.

Poème pour une brouette défunte

Trente ans de bons et loyaux services,
travailler avec toi fut un véritable délice.
Tous les jours fidèle au poste,
tu transportais pierres, ciment et compost.
En fait on était presque des amis,
ne dormais-tu pas près de Rosalie ?
et dire que tu vas finir dans une benne... à la déchetterie !

C’est presque aussi beau que du Verlaine ! Non ?

JPEG - 9.1 ko
Elle s’en allait du fond !
JPEG - 17 ko
bien carrossée non ?
caisse thermoplastique... çà ne rouille pas !

Mercredi 2


ENFIN !!! C’est pas trop tôt !
Je n’ai donc pu faire un tour dans le jardin que ce matin. Plus exactement dans la serre, car j’y ai semé un demi paquet de graines de Limnanthes blanches. J’ai bien dit... blanches car les Limnanthes connues sont blanches à coeur jaune. Les Anglais les comparent aux "oeufs sur le plat". J’en avais eu il y a une bonne dizaine d’années et je m’en étais fatigué (un peu trop "flashy").


Il y a 4 ans, j’ai découvert une bordure de limnanthes blanches dans le potager du "jardin Plume". Coup de foudre ! et depuis, je cherchais des graines... enfin trouvées, par hasard, à la boutique du festival des jardins à Chaumont sur Loire. On peut les semer à l’automne (sous serre ou châssis) ou au printemps. Je n’ai donc semé que la moitié du paquet. L’autre moitié le sera en mars-avril (si je n’oublie pas !).


En écrivant ces lignes, je me dis que je devrais faire un article sur les Limnanthes douglasii.

Super... il pleut toujours ! Le doux bruit de la pluie sur les carreaux...
Ce que j’aime moins, c’est le vent qui va avec... mais en Bretagne...

Jeudi 3

J’ai enfin cueilli les noisettes. Petites mais bonnes. Ramasser serait plutôt le mot approprié car avec le vent d’hier, c’est surtout dans la cosse de sarrazin que je les ai trouvées !
J’avais pourtant sorti l’escabeau... et perché tout là-haut (j’aime prendre de la hauteur !), je me suis aperçu que le noisetier prenait trop d’envergure et qu’il était beaucoup trop haut. Donc dans un premier temps la cueillette s’est surtout transformée en taille... Je l’ai réduit en largeur. Cet hiver, il faudra réduire sa taille. Un peu de rajeunissement ne lui fera pas de mal ! (dommage que l’on ne puisse pas en faire autant pour nous !).
Et bien sûr, séance de broyage pour terminer.
Un peu de nettoyage. Super, je touche à la fin. Ouf !

Vendredi 4

Du nettoyage... Etonnant non ?

Samedi 5

A nouveau du nettoyage, mais surtout, je m’occupe de la glycine en arbre. Et pour 2 raisons.
1° Pour tailler à 2 ou 3 yeux les longues branches fines émises durant l’été. Il faut absolument les tailler sinon la glycine devient incontrôlable.
La tête s’est un peu étoffée cette année. Un peu trop à mon goût, ou plutôt au goût du rosier ’Sourire d’Orchidée’ qui se trouve dessous. Il s’est retrouvé étouffé et la floraison n’a pas été belle cette année. J’ai donc taillé pour le dégager. De toute façon je ne veux pas une glycine volumineuse.
J’en ai profité pour tailler le rosier et nettoyer au pied (j’ai encore trouvé des plants de lamium !!!)

La nature fait parfois très bien les choses. Sur le mur de clôture recouvert de vigne-vierge, il y a une potée de succulentes dans un récipient en zinc. Et une tige de vigne-vierge a recouvert l’anse du récipient.

JPEG - 30 ko
Charmant non ?

Dimanche 6

Il ne reste plus qu’un petit coin à nettoyer et si tout se passe bien le jardin aura été remis en état... en un peu plus de 15 jours tout de même !
La gourmandise est un vilain défaut... N’importe quoi ! Celui qui a dit çà ne devait pas connaître les gelées de mûres... Car c’est par pure gourmandise que j’ai eu le courage d’aller cueillir des mûres. Je déteste cueillir légumes ou fruits... C’est vrai que pour les légumes, çà va ! Ici, on ne croule pas sous des tonnes de courgettes ou de radis ! Bref, on a passé 2 petites heures. Il y a bien dans le jardin un pied de mûres sans épines qui m’a été donné en juin, mais je n’ai toujours pas trouvé où le planter !
Quelques boutures : clématite alpina ’Ruby’ (elle refleurit en ce moment, comme tous les ans) et Véronique spicata ’Alba’.
J’ai écrit il y a quelques jours un article sur les pois de senteur. Cela m’a donné envie d’en ressemer. Hier, j’ai donc mis à tremper (24 h) des graines de grands pois de senteur bleu et une variété naine mais malheureusement en mélange de couleurs. Je les ai semées aujourd’hui en godets mis dans la serre.
Il y a plus de 10 ans, un rosier ’Yves Piaget’ avait été planté. Grosses fleurs roses de style ancien avec un parfum... je ne vous en dis pas plus. J’ai été obligé il y a plusieurs années de le déplacer et il ne s’en est jamais remis. Comme j’aime particulièrement ce rosier (buisson), je n’osais pas le supprimer mais au printemps dernier j’ai dû m’y résoudre la mort dans l’âme.
Et ce matin... Sont-ce mes sens abusés ? un excès de Guiness ? Aurais-je fumé un bout de moquette sans m’en apercevoir ? Mais non... une fleur et un bouton sur un rosier de 10 cm de haut !!! Je n’avais pas tout enlevé et il est reparti ! Je vais donc le déterrer à l’automne et le planter ailleurs... Qui sait ! Il mérite bien d’être bichonné non ?

Lundi 7

TERMINE !!! Le jardin est complètement nettoyé. Pendant ces trois semaines de nettoyage j’ai noté :
- les plantes à déplacer
- les plantes à supprimer
- les plantes à diviser
(je suis envahi en particulier d’hémérocalles, d’iris chrysographe, d’une variété d’iris de Sibérie). Les iris fleurissent mal ou pas du tout.
- les endroits à réaménager.
Bref, il y a de la prise de tête en perspective !
C’est le bon moment pour penser aux nouvelles plantations car bientôt, certaines plantes ayant disparu, il sera plus difficile d’avoir une vue d’ensemble. Et surtout, en novembre ou décembre, comme on a oublié où sont certaines plantes, il est toujours désagréable au moment de faire le trou de plantation, de voir qu’il y a une superbe vivace caduque en dormance...
Il reste à imprimer une nouvelle feuille du plan du jardin pour noter les futurs réaménagements. Car çà, c’est à faire avec un papier et un crayon pour éviter de planter un peu n’importe comment.
Mais maintenant, il faut impérativement que je m’occupe aussi des salons de jardin, bancs, éléments de déco etc. Je n’ai pas eu le temps de le faire au printemps.
Donc décapage des salons de jardins à la brosse adaptée sur la perceuse.

Mardi 8

Je commence à passer une couche de vernis antirouille sur les salons de jardin, des éléments de déco et quelques bestioles (canard, coq) en fer forgé. Ce vernis antirouille permet de garder l’aspect de l’objet mais en empêchant la rouille de continuer à se former.
C’est ensuite le tour de 2 bancs et d’une chaise recouverts de lasure bleue. Il est temps d’intervenir ! En fait, je me contente aujourd’hui de les nettoyer et d’enlever les lattes pourries. Demain, elles seront remplacées par des lattes en contreplaqué marine. Les bancs ont besoin d’une remise en état sérieuse car on y tient !

Mercredi 9

17ème tonte du gazon
Désherbage des trottoirs (cette fois j’utilise du désherbant... tant pis)
Je continue de jouer du pinceau : vernis antirouille.
Remplacement des lattes des salons de jardins. Il ne reste plus qu’à lasurer...

Jeudi 10

Pas trop courageux... il fait trop chaud !
Cà avance du côté des salons de jardin : je passe de la lasure au vernis antirouille mais je suis loin d’avoir fini.
Papier... crayon... Je commence à repenser sérieusement aux transplantations, nouvelles plantations... bref, nouveaux réaménagements.

JPEG - 52.3 ko
Nouveau pensionnaire dans le jardin...

Vendredi 11

Opération salons de jardin (suite).
Au printemps, j’avais fait une potée avec un Ophiopogon planiscapus ’Nigrescens’ planté sur un petit tapis de Leptinella squalida ’Platt’s Black’. Voila le résultat... Nous on aime en tout cas.



JPEG - 29 ko
Leptinella squalida ’Platt’s
de près...

C’est une petite plante de rocaille superbe avec son feuillage bronze découverte en mai dernier. Je la connaissais pour l’avoir déjà dans le jardin, mais en vert. Elle n’est pas facile à réussir en plate-bande car elle est tellement rase qu’elle se trouve vite recouverte par les plantes voisines. Je la mets donc pour recouvrir les potées. Des petits plants sont aussi récupérés (des 2 variétés) et mis en pots dans la serre. Quand les plants seront bien installés, ils pourront être utilisés dans les potées.
J’avais transplanté en juin un oeillet de poète noir car mal placé (j’ai appris son nom en visitant un jardin en... Irlande. C’est Dianthus barbatus ’Sooty’ - voir article). Il n’a pas aimé ! J’ai donc récupéré ce qui reste et replanté en pot... direction la serre qui se transforme aussi en clinique des plantes (bloc réanimation) !
Taille des buis. C’est un bien grand mot car c’est plutôt une égalisation pour que les boules soient parfaites pour l’hiver. Un regret : les boules n’ont pas toutes le même diamètre. Mais si vous les aviez vues quand on m’a donné les plants !!! Je ne suis pas mécontent de moi...

Dimanche 13


Certains salons de jardin (en lasure bleue) sont terminés. Mais je ne suis pas au bout de mes peines car il faut encore terminer le vernis antirouille sur des chaises et des objets de déco (notamment les 2 hérons près du bassin. Il y a aussi 2 salons à peindre.
Oui, on aime bien les bancs, les petits salons de jardin (parfois simplement une petite table ronde et 2 chaises). Mais pour tout vous dire, quand je jardine je ne prends jamais le temps d’y faire la pause !
Je dois être fâché avec les iris germanica ! Depuis quelques années, les floraisons sont décevantes et je pense savoir pourquoi : le jardin étant très planté, en mai, les plantes trop exubérantes les étouffent. Mais comme c’est une fleur que l’on aime beaucoup, il fallait agir : j’ai donc déterré les bulbes nouvellement plantés et qui végètent. Ils sont pour l’instant étiquetés et stockés au sous-sol mais il faut maintenant les replanter ! Je sens le casse-tête programmé pour demain !

Plusieurs variétés d’Iris sibirica me satisfont pleinement. Mais un grand iris sibirica de 1,20 m à 1,50 m qui est une merveille (voir la page Iris sibirica ’Tropic Night’) pose problème car il forme des touffes énormes qui ne fleurissent pas. Là aussi, il va falloir faire quelque chose...

Il est temps maintenant que la pluie revienne car le jardin fatigue et si je n’arrosais pas certaines plantes (notamment les Hydrangeas), il y a bien longtemps qu’elles seraient passées de vie à trépas...

Lundi 14


L’Helianthus decapetalus ’Lemon Queen’ est une plante de fin d’été exceptionnelle. Aucun défaut... superbe ! Dans le jardin elle est en fleurs depuis un mois et ce n’est pas fini... C’est une touffe qui n’a qu’un an et qui deviendra encore plus imposante les années à venir. On en avait déjà eu un pied il y a une quinzaine d’années mais les arbustes environnants avaient eu raison de sa vigueur.
Tout çà pour dire que j’aimerais bien avoir d’autres touffes. Bien sûr, il y a la division mais j’ai préféré la bouturer. On verra si ce moyen de multiplication marche bien... Qui ne tente rien n’a rien !
Pas très courageux le bonhomme aujourd’hui... pas courageux du tout d’ailleurs ! Y’a des jours comme çà où on se traîne...
Je fais toutefois une jardinière et des potées... et en plus, ce n’est même pas pour moi !
Presque tous les iris sont replantés (pas évident de trouver les bonnes places : du soleil... de l’espace...), presque, car il en reste 3 ou 4.
Ouais, pas bien courageux...


Et en plus, il ne pleut pas !!! Grrr !!!

Jeudi 17

En nettoyant un petit coin du jardin, j’ai rasé des tiges de Commelina coelestis et récolté les graines restant dans les gousses (ce que je ne fais jamais). C’est une plante peu connue qui est dans le jardin depuis une dizaine d’années. Après sa floraison d’août-septembre, elle disparaît complètement et comme les graines sont tombées spontanément, elle réapparaît en juillet alors qu’elle est complètement oubliée. J’ai récolté des graines pour les ressemer bientôt à un autre endroit sans attendre le printemps. Serai-je aussi doué que la nature pour faire germer les graines ? C’est pas gagné !
On aime beaucoup les passiflores caerulea (les plus rustiques). Cette année j’ai planté 3 ‘Constance Eliott’ de couleur blanche mais j’ai l’impression qu’il n’y aura pas de fleurs cette année. L’an prochain ? J’avais eu la bleue commune il y a quelques années mais, trop vigoureuse, elle étouffait les arbustes. Je l’avais supprimée. Aujourd’hui, j’ai fait des boutures… il y aura bien un endroit où la mettre sans qu’elle gêne trop les plantes avoisinantes.
Cà y est, j’ai nettoyé le jardin, noté tout ce qui ne va pas (et il y en a !!! plus d’une cinquantaine d’arbustes ou vivaces à déplacer !). C’est l’heure du ré-aménagement… Attention, çà va déménager !!!
D’ailleurs, c’est parti !!!
Aujourd’hui, je me suis contenté de transplanter un Acer palmatum ‘Orange Dream’. Le jardinier qui l’avait planté là où il était devait être très-très fatigué ! Du n’importe quoi ! Il a trouvé une place idéale près de 2 autres Acer. Pas mécontent de mon coup !

Vendredi 18

Opération ré-aménagement suite…
J’ai attaqué un gros morceau : un coin de plate-bande qui a très mal vieilli. En plus, il y a là, une pivoine arbustive très mal placée et qui est étouffée par une clématite viticella ‘Julia Correvon’ plantée à son pied. La pivoine donne 2 fleurs les bonnes années.
Conclusion : la pivoine est enlevée et sera replantée dans la même plate-bande mais à 2 m de l’endroit où elle était. En attendant son pied est dans une bassine d’eau pour 2 jours.

JPEG - 20.6 ko
La pivoine arbustive
vient d’être déterrée. Belle bête !


J’enlève le pied de clématite qui est énorme, si bien qu’il donne 6 beaux plants. J’en garde un et donnerai les 5 autres. Certains plants sont plus gros que ceux que l’on achète dans le commerce…
Et puis nettoyage complet de l’endroit à réaménager (ce n’est pas fini car je fais place nette : ne laissant que les 2 rosiers).

JPEG - 34.7 ko
Y’a du boulot !!!


Divine surprise : je retrouve un plant d’Helianthus decapetalus ‘Lemon Queen’. Celui dont je vous parlais il y a quelques jours et que je croyais perdu.
En taillant certains arbustes devenus trop volumineux, un Phyllostachys ‘Nigra’, un bambou à tiges noires, complètement étouffé est dégagé. J’avais commencé à l’enlever et puis en fait il restera là car maintenant qu’il y a un peu de place autour de lui, il n’est pas mal à cet endroit. Il faudra simplement surveiller pour qu’il reste mis en valeur et que les copains d’à côté le laisse respirer !
Suppression d’un énorme pied d’hémérocalle et un autre d’Iris de Sibérie (il y aura des heureux demain matin !)
Dimanche je finirai de nettoyer et pourrai recomposer la plate-bande.

Samedi 19

Pas de jardinage, mais la journée a tourné autour du jardin (étonnant non ? :
Le matin : conférence sur les fougères (bientôt sur le site). Merci Marie-France, c’était super (comme d’habitude !)
L’après-midi (après un sandwich vite avalé) : "les botaniques de Ploemeur" près de Lorient. On a été raisonnables (!) : une petite succulente et... une clématite (craquante !)
Le soir : conférence de Gilles Clément ("le jardin de résistance").

JPEG - 8.4 ko
Gilles Clément

Dimanche 20

Broyage des tailles de vendredi.
Fin du nettoyage du bout de la plate-bande commencée avant-hier. En fond, il reste les arbustes le long du mur de clôture (Phyllostachys nigra, Choisya ternata , Magnolia...). Il y a donc une bande de terre de 4 à 5 m sur autant de largeur. Dans cette partie j’ai laissé les 3 rosiers (tous les 3 jaunes : ’Buff Beauty, ’Graham Thomas’ et ’Souvenir de Marcel Proust’) et quelques "bricoles" notamment des Tradescantia.
Il ne reste plus qu’à ré-aménager ! Y plus qu’à !!!
Plantation de la pivoine arbustive (en fait, elle est plantée 2 m plus en avant) et de l’Acer atropurpureum planté en avril dernier (le même jour qu’ ’Orange Dream’... un jour où j’ai fait vraiment n’importe quoi !). Les plants d’Alchémille mollis récupérés dans la plate-bande vendredi sont replantés mais cette fois en masse pour former un tapis devant le rosier jaune ’Souvenir de Marcel Proust’. Vert anis et jaune... on verra. Plantation de quelques iris en bordure.
J’en profite pour ressemer du gazon. En fait je refais le tracé de la pelouse en reprenant une vingtaine de centimètres sur la plate-bande : elle est bien assez large et la forme de la pelouse ne nous satisfaisait plus.

Lundi 21

Je continue le réaménagement :
- récupération d’une touffe d’Iris de Sibérie (superbe - quand il fleurit ! - 1,50 m de haut et d’un bleu !). Division de la touffe et quelques plants sont mis près du rosier et des Alchémilles. Pas trop près car cet iris devient vite "encombrant"... Il reste une bonne vingtaine de plants que je donnerai demain.
Entre parenthèses, je suis envahi d’hémérocalles et de cet Iris. J’ai lancé un appel amical pour venir se servir directement sur place. Si vous lisez mon appel et que vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas, venez faire votre marché car je n’ai pas envie d’en faire du compost !
- Dans le carré de graminées, il y a 2 Stipa gigantea (encore une merveille !). Elles sont placées trop près l’une de l’autre. J’en enlève une et elle vient rejoindre la plate-bande, en fond (on verra mais je suis un peu perplexe...).
En retirant la Stipa, la motte s’est divisée toute seule et il reste 5 ou 6 plants... à donner !

JPEG - 26.9 ko
Les plants de Stipa gigantea

- Je termine en plantant quelques giroflées ravenelle (semis dans la serre).
La plate-bande prend forme mais est bien loin d’être terminée. Il manque un ou 2 petits arbustes (des Acer japonicum ?) et des vivaces. Mais je vais prendre mon temps et peut-être même achever au printemps. Je ne mettrai des photos que lorsqu’elle sera présentable...
- Plantation de la clématite achetée samedi. C’est la C. viticella ’Campaniflora’. Tout est dans son nom : viticella = clématite vigoureuse. ’Campaniflora’ = fleur de campanule. Moins de 2 centimètres et d’un blanc pur. Un petit bijou ! A voir de près : elle est plantée entre deux camellias à l’entrée du potager, tout près du passage.

JPEG - 8.8 ko
Clématite viticella ’Campaniflora’



Le broyat obtenu dimanche (2 belles brouettes) est réparti sur le sol entre les nouvelles plantations.

De l’eau... de l’eau... c’est sec ! Je surveille de très près car certaines plantes souffrent et si elles n’étaient pas arrosées, il y a bien longtemps qu’elles seraient grillées.

Mardi 22

18ème tonte du gazon
Bouturage de 2 sauges officinales : ’Purpurescens’ (pourpre) et ’Aurea’ (jaune).


Plantation d’une petite succulente (Crassula tetragona) achetée samedi. Elle est plantée dans la composition de succulentes dans la vieille chaise en bois. On a choisi une forme plus érigée car les autres, plantées il y a un an, sont très couvre-sol.

Mercredi 23




- Dans un petit pot métallique il y avait une petite succulente (genre petit "chou") et ce matin... plus rien ! Vu la façon dont le pot a été chahuté, je soupçonne un "zoziau" quelconque de s’être amusé (très drôle !) à farfouiller dans le pot. Si je le retrouve celui-là, il pourrait bien être privé de graines de tournesol cet hiver... Non mais !
Bref, je mets dans le pot une succulente d’un autre genre : plus lumineuse (vert-jaune) et retombante. Pas mécontent.
- Je commence à réaménager un petit coin de moins d’un m², là où il y avait une graminée. C’est un coin à mi-ombre à l’arrière de la maison au bord d’un escalier en pierre. 3 hellébores seront certainement plantées là cet hiver mais ayant repéré exactement les 3 emplacements, je mets des plantes qui, plus tard pousseront entre ces hellébores. Elles ont été récupérées dans le jardin car mal placées. Il s’agit d’un petit fusain à feuillage vert et blanc lumineux qui pourra retomber sur le bord de l’escalier, et de 3 campanules ( une C. punctata bleu pâle superbe et 2 blanches dont l’une est C. alliariifolia).
- 2 clématites sont déplantées avant qu’il ne soit trop tard car aux endroits où elles sont, elles végètent. En fait elles n’ont jamais démarré. Ce sont C. ’Morning Star’ et C. kweichowensis. Elles passeront la nuit, le pied dans un seau d’eau. Pour ’Morning Star’, j’ai enlevé tout le terreau. On verra où les mettre demain.

Jeudi 24

Opération SAMU... opération survie... ou opération "bouche à bouche"... C’est comme vous voulez !
Je veux parler des clématites. Les deux clématites d’hier, en fin de compte, sont mises en pot dans la serre. Histoire de se refaire une santé. Elles ne ressortiront que lorsque le médecin-chef (excusez-moi, je veux parler du jardinier en chef) aura signé le bon de sortie !
Dans la foulée, j’ai récupéré deux autres clématites en état comateux avancé (’Teshio’ et ’Joséphine’). Même sort...


Grand nettoyage des Stipa arundinacea (avec un peigne à myrtilles). Cette graminée, que j’aime beaucoup semble assez mal vieillir car beaucoup de feuilles jaunissent (voir photo). En les peignant, on enlève uniquement les feuilles jaunes (pour les graminées fines je le fais avec un peigne pour chiens). Faudra que je pense à faire breveter mon invention !!! (tout comme ma fourchette à boutures !!!).

Sur le trottoir, il y a des potées, notamment des lessiveuses en zinc. Dans l’une il y a une Stipa arundinacea... toute jaune. Elle est enlevée et remplacée par une Eragrostis curvula au ton bleuté... Cà tombe bien, le portillon est bleu et elle se marie bien avec le gris des pots.
Pour la petite histoire, cette Stipa se ressème partout... heureusement. Et l’Eragrostis est aussi un semis spontané. Dame Nature fait parfois bien les choses.

Et pendant ce temps-là, la cueillette des coings continue. Les pots de gelées se multiplient et bientôt il y aura de la pâte de fruits... Voir recettes L’arbre croulait sous le poids des fruits. Enfin un arbre qui donne quelque chose !

Vendredi 25

On va s’absenter plusieurs jours. Départ aujourd’hui pour Angers : on retrouve ce soir 30 copains et copines pour visiter ce week-end 4 jardins.
Comme on ne rentrera que mercredi, ce matin, j’ai arrosé les plantes susceptibles de tourner de l’oeil (hydrangeas, nouvelles plantations...). Pas question de retrouver le jardin jonché de cadavres !

Mercredi 30

Désolation... Après 5 jours d’absence, le jardin a pris un coup de chaud. La pelouse a grillé à certains endroits. Des arbustes ont soif. Les dernières plantations crient "Au secours". Bref, il était temps de rentrer... et on est fin septembre ! Il est vraiment temps que la pluie revienne. Pendant le week-end, on a visité des jardins assoiffés du côté d’Angers.
"Mais oui ma brave Dame, y’a plus de saison !!!"
Il est évident que je vais stopper momentanément mes transplantations et me consacrer, au jardin, à d’autres activités (finir la peinture des salons de jardins etc...).
Dans un des jardins visités dimanche, on nous a donné 2 petits plants de Toona et un couvre-sol (nom inconnu). Je les ai plantés dans des pots et mis dans la serre.
A propos du Toona, il y en a déjà un dans le jardin. L’erreur stupide. Non pas parce que c’est un arbre sans intérêt mais parce qu’il a été acheté beaucoup trop grand (la motte faisait presque 1 m de diamètre et il mesurait 3 m au moins. Il est placé dans un endroit où ses jeunes feuilles au printemps ramassent tous les ans de bons coups de gelées. Si bien que de 3 m il est passé à 2 m puis à 1 m. Poussera-t-il un jour ? pas sûr... En tout cas, on ne cesse de regretter cet achat stupide (je ne vous dirai pas combien on l’a payé il y a 5 ou 6 ans ! Il y a des coups de coeur qui coûte cher ! Ces petits plants iront certainement dans un autre jardin car ici il n’y a plus de place.

RETOUR
Septembre 2008
Septembre 2007

... en septembre 2009

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic