Arrosoirs & sécateurs

les couleurs d’automne

Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur en automne ?

JPEG - 14.6 ko



JPEG - 22.9 ko
Les feuilles du bouleau
jaunissent



La feuille est colorée par un mélange de pigments, la chlorophylle, le xanthophylle et le carotène. Les grains de chlorophylle se forment difficilement sans lumière. En automne, l’activité biologique de la plante diminue en même temps que l’intensité du rayonnement solaire ; de plus, un anneau de cellules se forme à la base de la feuille et arrête la circulation d’eau. La feuille brunit, rougit, jaunit, pâlit, comme décolorée, puis tombe.

La chaleur du soleil d’été, le manque d’eau, les premiers froids, font perdre aux feuilles leur couleur verte qui se transforme peu à peu en une autre suivant les espèces d’arbres.

Contrairement à la croyance générale, le phénomène de la coloration automnale des feuilles n’est pas causé par la gelée. Il serait plutôt attribuable à la diminution de la longueur des jours (photopériode). Les nuits froides et les jours courts stimulent la production d’éthylène, une hormone responsable de la chute des feuilles.

Une période de sécheresse en fin d’été peut aussi hâter la coloration.
À l’automne, un tampon de liège bloque peu à peu les canaux transportant la nourriture vers la feuille.

Celle-ci survit quelque temps en digérant ses propres réserves. Lorsque les minéraux essentiels ne sont plus disponibles pour régénérer la chlorophylle (pigments verts), elle disparaît laissant sa place à des pigments jaunes (carotènes et xanthophylles) normalement masqués par le vert.

Le bouleau blanc en est un bon exemple.

Dans le cas de l’érable, le tampon de liège n’empêche pas complètement la sève brute de pénétrer dans les feuilles. Il en résulte une accumulation forcée de sucre dans leurs tissus provoquant la formation de composés chimiques colorés : les phénols et les anthocyanes. Ces derniers, d’un rouge très prononcé, changeront de couleur selon l’acidité du milieu : rouge vif en sol acide, violet en sol alcalin. La formation de ce pigment est favorisé par les nuits fraîches suivies de jours ensoleillés. Le pourcentage de chlorophylle (vert) diminue peu à peu, dévoilant les carotènes (jaune). C’est pourquoi on peut voir des feuilles d’érables se teinter simultanément de vert, de jaune et de rouge.

Extrait de la conférence de Jean-Michel Yannic du 14 novembre 2004

JPEG - 16.8 ko
Parrotia persica

les couleurs d’automne

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic